La création de Dieu est si fragile!

17 février 2021

vignoble à flanc de montagne

Une personne infectée par le péché souille tout autour, et cette infection se répand. Bien sûr, nous ne vivons pas au paradis, mais la création divine porte l'empreinte de l'amour du Christ, la nature réconforte l'homme. Et voilà que cette personne, poussée par le péché, gâche tout autour de soi. On coupe des forêts pour le profit. Et quel dommage de voir les restes du «repos» dans la nature: des bouteilles, du papier, de la saleté... La saleté qu’on a dans son coeur, on la répand autour de soi. De même, lorsqu’on n’a pas de paix intérieure, on répand son agitation.

Par contre, celui qui vit de l’Esprit Saint, ne fera pas de mal à une mouche. Nous devons garder et cultiver la vigne que le Seigneur a plantée. Cette vigne, c’est notre âme, mais aussi tout notre univers. Il faut que l’amour reigne dans notre coeur, alors nous ne ferons de mal à personne ni ne ruinerons rien. Tout sera à sa place. On ne fera plus de guerre à qui que ce soit, car le combat le plus important aura lieu dans notre coeur et dans notre esprit pour une nouvelle vie sans péché. Si nous surmontons le péché, si nous changeons en mieux même un peu, cela facilitera la vie de nos proches, parce que souvent le péché qui vit en nous les blesse, eux aussi. Les paroles tranchantes, l’inattention, l’impatience — ce sont des étincelles qui peuvent faire éclater une incendie. Faisons donc des efforts pour vaincre le péché en nous.

La famille, cette création de Dieu, est si fragile! Elle ne peut survivre que lorsque les gens s'humilient, lorsqu'ils s'oublient eux-mêmes et se servent les uns les autres, lorsqu'ils s'aiment. Pourtant, nous ne pensons qu’à nous-mêmes, qu’aux moyens de faciliter notre vie et de la rendre plus comfortable. L’homme moderne n'est pas prêt à donner sa vie pour un autre, pas prêt à servir, pas prêt à porter sa croix. Cet égoїsme conduit à la destruction de la famille.

Je nous souhaite à tous la paix du Christ — celle qui triomphe de toute haine et de toute hostilité, de tous les mensonges et astuces, celle que le Seigneur nous a donnée par Sa mort sur la croix. Cette paix, nous devons la garder dans notre coeur, c’est notre but principal. Autrement on s’aigrit, la haine frappe le coeur humain, alors, pris de cette folie, on ne sait plus ce qu’on fait.

Je nous souhaite donc à tous la paix et aussi l’amour. Toute notre vie consciente nous apprenons à aimer. Devant les portes du Paradis nous devrons passer notre examen, il y aura une question que le Seigneur nous posera: «Est-ce que tu m’aime?» — celle qu’Il a posée à Simon Pierre (Jn 21 : 15). Notre réponse devra être : «Oui, Seigneur, je T’aime. Je T’ai trahi, j’ai essayé de me cacher de Toi, j’étais malin, mais je T’aime». L’amour pour Dieu doit venir en priorité dans notre vie, le reste nous sera donné par-dessus. Cherchez premièrement le royaume de Dieu (Mt 6 : 33, Lu 12 :31).

Que le Segneur nous sauve tous.

Archiprêtre André Léméchonok

Articles associés
Comment