Le monde a crucifié l’Amour, mais l’Amour a vaincu

23 décembre 2020

divine iturgie orthodoxe saint calice

L’humanité a longtemps cherché Dieu, son Créateur. Immergée dans l’obscurité du péché, elle implorait le Ciel. Des gémissements, des pleurs, des cris, des souffrances et des maladies remplissaient la terre; le sang, la sueur et les larmes l’ont imprégnée entièrement. Les gens cherchaient le salut. Cependant, lorsque le Seigneur est venu et leur a ouvert Ses bras, les gens ont eu peur de la présence si proche de Dieu, ils ont eu peur de Son Amour.

Les gens voulaient trouver Dieu afin de trembler à Son apparition et de Le servir comme Ses serviteurs, mais le Seigneur est venu ouvert, non protégé et toute Sa vie sur la terre était le service de l’homme. L’homme cherchait Dieu sur le trône des rois terrestres, mais L’a trouvé dans une pauvre crèche. Pendant les dernières minutes du Seigneur sur la terre, toutes les blessures, douleurs et souffrances de celle-ci prend l’Agneau de Dieu, Celui qui a créé l’homme à Son image, Celui qui est venu chez l’homme pour lui apprendre à vivre selon la volonté de Dieu. Le monde n’a pas accepté Dieu, le monde a crucifié l’Amour, mais l’Amour a vaincu parce qu’il ne peut pas être périssable. Le monde s’est détourné de Dieu, mais le Seigneur priait pour ceux qui Le crucifiaient: «Pardonne-leur: ils ne savent ce qu’ils font».

Le Seigneur a aimé l’homme jusqu’à la fin et, quelque temps avant Ses souffrances, Il a fait un miracle: dans le sacrement de la communion Il s’est uni à chacun de ceux qui étaient présents à la Cène. Il est impossible de comprendre ce moment de la Communion. Tout ce que l’homme peut inclure dans son intelligence, cela se trouve sur la terre. Là, le Seigneur donne à l’homme l’amour éternel, l’amour impérissable, l’amour qui vainc la mort, le monde et le péché. Ce Don du Ciel rend l’homme immortel, il est nécessaire seulement de croire en sa parenté avec Dieu, en son immortalité, de ne pas avoir peur du chemin qu’on aura à faire afin de vaincre le péché à son intérieur et d’entrer dans le Royaume des Cieux.

En recevant la communion, l’homme détruit le péché. Cependant, derrière le dos de chaque communiant se cache le diable qui attend le moment pour se venger de son offenseur. Le diable cherche à tromper l’homme, à employer la ruse, à profiter de la faiblesse corporelle humaine, et la vie du chrétien devient alors une lutte, un combat invisible contre le prince de ce monde.

Le monde attire l’homme à lui, mais Dieu appelle l’homme au Royaume des Cieux qui commence dans son cœur. Ainsi, voyant l’horreur du péché qui s’ouvre à ceux qui ont rencontré Dieu, ont vu la lumière de l’Amour et se sont sanctifiés, l’homme sort des ténèbres.

Les années passent comme des secondes, toute la vie se transforme en un instant où l’homme se trouve devant le choix: faire un pas de l’avant, à la rencontre de Dieu et renoncer à ses origines animales ou bien ne pas croire que l’on peut s’élever dans le Royaume où il n’y aura pas de péché. Lors de la Divine Liturgie l’église se remplit de grâce, les Anges et les Saints participent à ce festin de l’Amour. Comme il est parfois difficile à l’homme de venir au Saint Calice, il lui est difficile de se résigner au fait que ce n’est pas sa dignité, mais l’Amour de Dieu et le pardon de Dieu qui le sauvent de la mort!

Archiprêtre André Léméchonok

Articles associés
Comment