Le Royaume des Cieux c’est l’unité

12 janvier 2021

le coucher du soleil

La chute détruit le monde que Dieu avait créé. A cause de la chute, l’homme reste tout seul, sans Dieu, et cherche à utiliser tout son potentiel créateur pour construire une vie nouvelle où il sera le chef, où il n’obéira à personne et où tout sera construit à la nouvelle manière.

Le péché a éloigné l’humanité de Dieu. Passent des centaines et des milliers d’années, les gens transmettent le péché les uns aux autres et, naissant sur cette terre, l’homme est voué à la mort. Car tu es glaise et tu retourneras à la glaise (Gen 3:19) Les gens se sont habitués au péché. Le péché est entré dans notre vie intérieure et extérieure. Les gens sont voués. Mais voici que le Christ vient dans ce monde. Il vient, parce qu’une partie de l’humanité implorait le ciel, attendant une délivrance, priant le Dieu Vivant. Le Christ est venu dans ce monde et a dit aux gens qu’ils ne devaient pas vivre ainsi, que la vie qu’ils vivaient n’était pas correcte et qu’il fallait vivre tout à fait autrement, pas de la sorte que l’homme le voulait. Il a dit qu’il fallait en suivant sa vie, regarder dans le ciel et non pas baisser les yeux sur la terre. Que toute la vie humaine doit être une aspiration à ce ciel. Les gens n’ont pas accueilli cette parole qui leur était incompréhensible. Les sages qui enseignaient comment servir le Dieu unique, ne pouvaient pas entendre la parole de Dieu parce que tout était bâti sur le péché. L’addition du péché était en tout, mais il n’y a pas de péché en Christ. Ceci faisait peur à l’homme qui vivait pour lui-même.

Voilà pourquoi nous aussi, nous qui sommes venus à l’église par un miracle, qui d’une manière inconnue pour nous, avons rencontré le Christ dans ce monde, ne sommes pas capables par notre nature d’accepter la parole de Dieu. Nous ne pouvons pas donner notre vie à Dieu parce que nous disons: «C’est ma vie et elle m’appartient». Nous n’avons pas la foi et nous avons des doutes puisque nous avons l’habitude d’avoir confiance en nous-mêmes seulement.

Évidemment, la grâce Divine, l’amour Divin qui ont trouvé la possibilité d’entrer en nous, dans notre cœur, ils nous ont inspiré et nous avons découvert une nouvelle vie, une vie dans le Christ. Cependant, le monde qui gît dans le mal, le péché qui vit en nous et le diable, l’ennemi de notre salut, font tout pour que nous ne restions pas avec Dieu dans l’éternité. C’est pour cela que la guerre est menée maintenant. Le monde résout des problèmes économiques, politiques, le monde combat contre des virus, des microbes, des maladies, combat contre n’importe quoi, mais le monde ne cherche pas le Christ et ne se résigne pas. Et comme il y a deux mille ans: Crucifie-Le! (Joh 19:15). Si le Christ était ici avec nous aujourd’hui, Il serait crucifié à nouveau, personne à nouveau n’aurait besoin de Lui parce que cela nous fait peur de vivre selon l’amour. Néanmoins, le Seigneur ne nous abandonne pas, mais Il priait sur la croix pour ceux qui Le crucifiaient: ils ne savent ce qu’ils font (Luc 23:34).

De nos jours, il se passe la même chose. Regardez: nous commettons des péchés, nous trahissons, nous refusons, nous nous cachons à Dieu, nous mentons. Mais Dieu nous attend, Il attend notre repentir. Dieu nous attend et veut que nous ne mourions pas à cause du désespoir, mais que nous ayons un espoir de notre salut. L’Eglise est le ciel sur la terre, nous y apportons un million de nos péchés et ils se dissolvent dans le calice de l’amour de Dieu. Dieu nous pardonne sachant que quelques heures plus tard nous allons à nouveau commettre des péchés. Il nous pardonnera ultérieurement espérant en notre correction.

L’amour de Dieu pour l’homme est incompréhensible et ne peut être mesuré par aucunes mesures terrestres. Nous pouvons seulement accepter cet amour, sans comprendre pour quoi le Seigneur nous aime. Cet amour nous donne l’espoir d’une vie nouvelle, d’une vie que nous connaissons déjà en partie. Il se peut que cette vie ait été courte, elle n’a duré peut-être qu’une minute ou un instant, lorsque nous avons ressenti: Dieu est en tout, en tous et en moi aussi. Pour cette minute il faut vivre plus loin. Nous devons croire que cette minute peut devenir l’éternité pour chacun de nous. Voilà pourquoi il est important de ne pas nous embrouiller, mais de nous rendre compte de tout et de déterminer pour nous-mêmes ce qui est l’essentiel pour nous dans notre vie d’aujourd’hui. Tout le reste vous sera donné par surcroît. Cherchez d’abord le Royaume de Dieu qui est au milieu de vous (cf.: Mat 6:33, Luk 17:21). Si nous allons construire notre vie de cette façon sans perdre les forces à ce qui tôt ou tard s’effondrera, à ce qui sera jeté comme déchets, nous allons peut-être plus vite assimiler cet amour et suivre le Christ dans la vie nouvelle. Cette vie n’est pas quelque part au bout du monde, mais elle est là, dans notre cœur.

Nous suivons une cure, l’Eglise est comme un grand hôpital où nous essayons de nous confier au Médecin Céleste et où l’amour de Dieu consume nos péchés. C’est le Christ, non pas les gens, qui dirige ce grand hôpital sans lequel nous ne pourrons pas entrer dans la vie éternelle.

On ne peut pas nous demander beaucoup et Dieu ne le demande pas. Il veut que nous apprenions à réfléchir, à entendre, à voir, à comprendre les uns les autres parce que le Royaume des Cieux c’est l’unité et non pas que chacun est de soi-même. Le Royaume des Cieux c’est lorsque l’homme renonce à soi-même, à son «Moi», à ses privilèges et à ses désirs pour une autre personne. C’est déjà un commencement... Peut-être que ces paroles ne s’entendent pas extraordinairement ou bien fort, mais cela se passe à l’intérieur: je vais patienter maintenant, je vais me résigner, je ne dirai pas un mot, j’accepterai ce que je ne veux pas accepter, tout ceci pour le Christ. Si nous commençons à penser et à vivre ainsi quotidiennement, essayer de vivre, essayer de vivre avec Dieu, sûrement nous nous rencontrerons tous dans le Royaume des Cieux.

Archiprêtre André Léméchonok

Articles associés
Comment