Nous devons franchir une barrière de sentiments

28 décembre 2020

paysage montagnes ete

Au début, il semble y avoir beaucoup de choses dans cette vie, mais ensuite, il semble que tout est simple et qu’il y a très peu de tout. Tous nos problèmes, émotions, hésitations humaines, tout ceci doit disparaître de notre vie puisqu’il est nécessaire de choisir l’essentiel.

Si un homme se dit chrétien, il doit donc tout faire de façon chrétienne. Qu’est-ce que signifie vivre de façon chrétienne? Un des grands ascètes contemporains dit que c’est impossible, il dit que dans ce monde temporaire on ne peut que mourir de façon chrétienne. Voilà pourquoi la vie de ce monde, notre vie extérieure et la vie nouvelle, celle que nous vivons déjà dans le Christ, dans Son Amour, vont dans des directions tout à fait différentes. Si le monde dit: «prends», le Seigneur dit: «donne». Si le monde dit: «garde», le Seigneur dit: «n’épargne pas».

Nous sommes tous des gens sentimentaux et nous avons besoin de gens sentimentaux. Voici l’exemple d’une jeune fille et d’un jeune homme. Tandis qu’ils parlent ensemble, elle a les yeux qui brillent. Cependant, s’il y avait un vieillard à côté d’elle, lui parlerait-elle de la même manière? Nous comprenons que c’est naturel. Nous devons franchir cette barrière de sentiments et devenir des gens spirituels. Comment peut-on le faire, je ne le sais pas. Mais ceci est notre objectif si nous vivons déjà une vie en Dieu.

Si nous sommes devenus pratiquants et que nous demandons au Seigneur d’avoir un salaire un peu plus élevé ou un logement plus grand ou bien de prolonger notre vie de quelques années, c’est faible, c’est peu. Il faut demander au Grand Dieu des choses grandes. Voici que les moniales veulent devenir libres de tous sentiments. Elles n’y arrivent pas, mais elles réussiront bien si leur désir persiste jusqu’à la fin, ne serait-ce que sur le lit de mort. Nous devons nous aussi comprendre correctement ce que nous voulons. On veut creuser la terre? On peut le faire. Mais que peut-on creuser finalement sauf la fosse? On ne trouvera rien, il n’y a pas de trésors, mais que des os. La terre est un cimetière, une fosse commune. C’est pour cette raison que nous demandons au Seigneur de nous donner une audace de parler de la liberté intérieure, de la beauté, de la lumière qui éclaire les ténèbres. Nous pouvons apprendre cela seulement du Christ, de personne d’autre. Aucune personne aussi bonne, excellente, intelligente qu’elle soit, ne peut être un modèle car Tout homme n’est que mensonge (Psa 116:11). Mais dans le Seigneur, nous pouvons dire: Comment rendrai-je à Yahvé tout le bien qu’il m’a fait? J’élèverai la coupe du salut, j’appellerai le nom de Yahvé (Ps 116: 12, 13).

Il est nécessaire de lutter pour son cœur et son esprit. Luttez pour la liberté intérieure, luttez pour la beauté en Christ. Mais même si vous êtes tombés, si le péché vous a écrasés, ne vous rendez pas. Dieu accepte nos intentions, nos sentiments, nos désirs. L’essentiel est que nous avons un but, nous n’avons plus besoin d’autres chemins dans cette vie. Nous nous rendons compte que tous ces chemins larges et pavés mènent rapidement à une impasse. Le chemin à la suite du Christ est étroit, mais nous savons que ce chemin mène chacun d’entre nous dans le Royaume des Cieux. Le Royaume des Cieux commence dans notre cœur, lorsque nous nous réconcilions, lorsque nous acceptons véritablement la volonté de Dieu et portons notre croix jusqu’à la fin.

Que Dieu vous sauve.

Archiprêtre André Léméchonok

Articles associés
Comment