Icône de la Mère de Dieu de Vladimir: grand objet saint de l’Eglise

8 septembre 2021

Icone de la Mere de Dieu de Vladimir

Icône de la Mère de Dieu de Vladimir

L’icône de la Mère de Dieu de Vladimir est du type «Eleousa» (de Tendresse). La Très Sainte serre l’Enfant dans un geste de tendresse. Il y a comme un dialogue intérieur entre Eux, la personne qui prie devant l’icône devient comme si participante à cette conversation.

D’après la légende, cette icône est attribuée à l’évangéliste Saint Luc qui l’aurait peinte sur la planche de la table à laquelle mangeait la Sainte Famille, Jésus et Marie avec Joseph. Saint Luc avait le talent de peintre et avait fait quelques portraits de la Vierge Marie de Son vivant.

Il n’y en a pas de confirmation précise et l’Eglise n’insiste pas sur la certitude de cette légende, mais pourtant, ne la repousse pas. Il existe un grand nombre de copies que des peintres d’icônes inconnus avaient reproduites de génération en génération. Une de telles images est l’icône de la Mère de Dieu de Vladimir.

Le patriarche de Constantinople, Luc Chrysoberges, a offert cette icône au grand prince de Kiev comme la bénédiction. A son arrivée en 1131, l’icône a été placée dans un monastère non loin de Kiev. Dès le début, la sainte image a été vénérée particulièrement par le peuple et est devenue presqu’aussitôt l’objet saint national.

En 1155, le prince André Bogolioubski a transporté cette icône dans le nord, dans sa principauté de Vladimir-Souzdal qu’il cherchait à fortifier à cette période de rivalité entre les terres russes. L’icône de la Mère de Dieu de Vladimir a joué un rôle important dans l’histoire de la Russie. Le prince a placé l’icône dans la cathédrale de la Dormition nouvellement construite à Vladimir. Une multitude de gens venait vers elle quotidiennement et à beaucoup d’entre eux, par leurs prières ardentes, la Très Sainte apportait la guérison et la consolation dans leurs afflictions. Il en était ainsi jusqu’à l’invasion des Tatars en 1238 quand presque toutes les villes de la Russie avaient été dévastées et brûlées par l’envahisseur. Par la volonté de Dieu, lors de la terrible dévastation l’icône n’a pas subi de dommage. D’après la légende, les envahisseurs qui avaient fait irruption dans la cathédrale, arrachant des murs les objets précieux, ont eu peur de prendre l’icône. La regardant, ils étaient saisis d’effroi qui les a fait quitter l’église en hâte.

Icone de la Mere de Dieu de Vladimir dans le oklad

Pendant les années du joug étranger, la sainte image se trouvait à Vladimir, mais presque cent ans après, elle a été transportée à Moscou. Cela s’est passé en 1395, au temps de l’invasion de Tamerlan. Se rendant compte de la menace et comprenant que le nombre de troupes ennemies dépassait celui de guerriers russes, les habitants de Moscou se sont découragés que rien ne pouvait chasser la tristesse de leurs cœurs. C’est alors que le métropolite Cyprien a demandé d’apporter à Moscou l’icône de Vladimir afin de redonner courage aux défenseurs de la ville. Et le miracle s’est produit: l’adversaire s’est retiré sans engager le combat. D’après la légende, la Mère de Dieu ensemble avec des saints a apparu en songe à Tamerlan et lui a dit de quitter le territoire de Russie. Effrayé et ne voulant pas risquer, celui-ci a ordonné à ses troupes de se retirer. Après cet évènement miraculeux, l’icône a été vénérée encore plus et le jour du retrait de Tamerlan, le 26 août (8 septembre), est entré dans le calendrier d’église comme celui de fête.

L’icône n’a pas resté à Moscou, elle a été retournée à Vladimir où elle se trouvait encore cent ans. Ce n’est qu’en 1480 que l’icône de la Mère de Dieu de Vladimir a été définitivement transportée à Moscou qui est devenue la capitale de tout l’Etat russe. De 1480 à 1918, l’icône se trouvait dans la cathédrale de la Dormition au Kremlin. Elle est devenue une vraie relique nationale, les hiérarques et les tsars russes priaient devant cette icône, on bénissait avec elle les armées avant les campagnes militaires, elle est le témoin des pages les plus dramatiques dans l’histoire du pays.

Après la révolution de 1917, l’icône de la Mère de Dieu de Vladimir a été d’abord envoyée à la restauration, ensuite elle a été exposée au Musée historique d’Etat et depuis 1930, à la Galerie Tretyakov de Moscou.

Malheureusement, l’icône a presque perdu sa peinture originale: de la couche colorée il ne reste que quelques fragments, les visages du Christ et de la Mère de Dieu, mais aussi les vêtements. Le reste sont des réparations qui ont été effectuées plus tard par les peintres d’icônes de Vladimir et de Moscou après que l’image s’était dégradée au fil du temps. Cependant, même dans cette état, l’icône de la Mère de Dieu de Vladimir est peut-être la plus belle icône parmi toutes les œuvres historiques russes.

Source: foma.ru

Articles associés
Comment