L’icône de la Mère de Dieu d’Iveron, gardienne de l’humanité

26 février 2022

de la mere de dieu d'iveron

Dans l’Église orthodoxe russe, le 25 février est la fête de l’icône de la Mère de Dieu d’Iveron. Depuis des siècles, elle nous protège contre les ennemis, les catastrophes et les chagrins. En hommage à sa protection, nous appelons aussi cette icône "Portaïtissa", ou "gardienne". Pourtant, les gens ont profané cette image par ignorance ou malveillance. En souvenir de ces jours sombres, la Mère de Dieu est représentée avec une blessure sur la joue. Pourtant, debout devant les portes de la Jérusalem Céleste, Elle prie sans cesse devant Dieu pour le salut de la race humaine.

Selon la tradition, l’icône avait été peinte par l’évangéliste Saint Luc, mais son histoire enregistrée commence au IXe siècle à Byzance. L’hérésie de l’iconoclasme s’est répandue dans l’Empire et on ordonnait aux gens de détruire les images saintes. Ceux qui n’obéissaient pas à cet ordre, ils étaient persécutés, torturés, exécutés.

Il vivait à cette époque dans la ville de Nicée, une veuve pieuse. Elle avait gardé l’image de la Mère de Dieu et La priait dans une pièce secrète. Une nuit, les soldats de l’empereur vinrent dans sa demeure. Ils trouvèrent l’icône et l’un d’eux, dans un accès de rage, la frappa avec une épée. Aussitôt, du sang se mit à couler de la joue de la Mère de Dieu. Les soldats n’osèrent pas détruire eux-mêmes l’icône et ordonnèrent à la veuve de le faire elle-même. La femme pria et, en larmes, confia l’icône aux flots de la mer, la mettant sous la protection de la Très Sainte Vierge. De façon miraculeuse, l’icône ne coula pas, mais se redressa et flotta au loin.

Près d’un siècle et demi après, les moines du monastère d’Iveron, au Mont Athos, ont découvert l’icône près du rivage. Avec beaucoup de vénération, ils ont placé l’icône dans le sanctuaire de l’église principale. Pourtant, le lendemain matin, l’icône a été trouvée au-dessus des portes d’entrée. Les moines l’ont raplacée à l’église, mais l’icône se retrouvait à nouveau au-dessus des portes, jusqu’à ce que la Très Sainte Vierge soit apparue en rêve à un moine: "Je ne souhaite pas votre protection, mais Je sarai votre gardienne et protectrice", a-t-elle dit.

Au XVIIe siècle, une copie de l’icône de la Mère de Dieu d’Iveron "Portaïtissa" a été apportée à Moscou, où elle a été placée dans la chapelle de l’entrée principale de la ville. Elle est rapidement devenue l’une des icônes de la Très Sainte Vierge les plus vénérées en Russie. Les voyageurs qui venaient à Moscou, affluaient vers l’icône pour la vénérer et demander l’aide et la bénédiction de la Mère de Dieu. Mais en Russie aussi, l’icône n’a pas échappé à la profanation. Au début du XXe siècle, elle a échappé à la destruction lors d’une explosion, mais à l’époque soviétique, la chapelle et les portes ont été démolies et l’icône a été perdue ou détruite.

Mais, heureusement, les gens peuvent se rendre compte de leurs fautes et se repentir. Finalement, l’hérésie de l’iconoclasme a été vaincue et l’époque de l’athéisme a fini. En 1995, la chapelle située aux portes du Kremlin a été reconstruite et une nouvelle copie de l’icône de la Mère de Dieu y a été placée.

La Mère de Dieu continue inlassablement à prier pour nous, montrant que la prière peut changer beaucoup dans notre âme et dans notre vie, dans le monde qui nous entoure. Les croyants prient devant l’icône d’Iveron, demandant à la Mère de Dieu la guérison, la protection, la délivrance des pensées pécheresses.

l'icone de la mere de dieu d'iveron

Ici, à notre monastère, nos frères et sœurs prient également pour notre service auprès des nécessiteux et personnes malades. L’icône de la Mère de Dieu d’Iveron est l’une des plus aimées par les peintres d’icônes qui seront heureux d’en peindre une pour vous.

Vues: 214
Ratings: 0/5
Votes: 0
Articles associés
Comment