Le chemin vers la joie en Dieu

5 mai 2022

homelie orthodoxe

C'est si bon ici, si joyeux! Le monde parle de la mort, mais nous, nous parlons de la vie. Le monde parle des chagrins, tandis que nous parlons de joie. Ceux qui sèment avec larmes moissonneront avec chants d'allégresse (Ps 126 : 6). Cette joie est l'état de l'âme qui a connu Dieu.

Nous ne souhaitons pas une joie passagère quand l'exaltation est remplacée par les larmes. Nous ne voulons pas une récompense rapide pour avoir fait quelque chose pour Dieu. Nous aspirons à cette joie qui abondera dans le Ciel. On ne peut la trouver qu'en se libérant des griffes de ce monde.

Une personne attachée à ses humeurs et ses sentiments, toujours mécontente, fatiguée de tout et déçue par sa vie n'ira pas loin sur le chemin vers Dieu. Une personne de foi a une attitude différente, chaque jour elle recommence la vie. La page est tournée, le chapitre est lu. Nous en commençons un nouveau.

Notre vie n'est pas sans défauts, mais ce n'est pas grave, car nos erreurs nous rendent humbles, nous empêchent de devenir orgueilleux. Oui, je suis un chrétien médiocre, un prêtre médiocre, médiocre en tout. Je ne peux rien par moi-même, mais avec Dieu je peux tout. Avec Dieu, je suis beau. Je puis toutes choses en Christ qui me fortifie (Philippiens 4:13). Je peux tout. Je peux voir la beauté dans chaque personne. Je peux ne pas insister sur mon opinion et y renoncer pour l'amour de Dieu et du prochain. Je peux m'abstenir de juger.

La nouvelle vie et sa joie ont touché tout le monde de manière différente. Certains ne l'ont pas encore expérimentée; cette joie les attend encore. D'autres l'ont trouvée, mais il n'est pas facile de la garder. Nous devons tous lutter pour notre esprit et notre cœur, pour les changements de vie qui auraient dû avoir lieu depuis longtemps, mais que nous repoussons sans cesse : "Oh, je suis habitué à ceci, et je ne peux pas me passer de cela, je vais m'ennuyer sans ces conversations". Mais ce n'est pas vrai: avec Dieu, on ne s'ennuie jamais!

Demandons à Dieu la foi et la force de devenir un seul Corps du Christ, indivisible, indestructible, invincible, et de vivre de l'Esprit Saint. Répandons la joie de l'amour de Dieu. Le jour de Radonitsa, nous la partageons avec nos défunts, nous allumons des cierges et prions pour eux. Par ces journées chaudes, certains vont sûrement planter leur potager. La terre va se réchauffer, les cultures vont germer, on aura sa récolte et la joie va se multiplier.

Le Christ est ressuscité!

Par l'archiprêtre André Léméchonok

Vues: 62
Ratings: 5/5
Votes: 1
Articles associés
Comment