Le choix et le ministère du père Nikolai Guryanov

30 août 2021

Le pere Nikolai Guryanov

Le père Nikolaï Guryanov occupe une place particulière dans l’histoire de notre monastère: il a béni son disciple, le père André Léméchonok, pour la construction du monastère et a fait le premier don. Aujourd’hui, nous parlons de sa vie et de son service de Dieu, de ses années de travail et de prière sur une île isolée et de ses enseignements.

La voie de la prêtrise

Nikolaï Guryanov est né au début du siècle dernier dans un petit village sur les rives du lac Peipsi (Chudskoe), dans le nord-ouest de la Russie. Il appartient à la génération de prêtres orthodoxes qui ont survécu aux persécutions et à la répression dans les années 1920 et 1930 en Union soviétique. Les plus connus d’entre eux sont le schéma-archimandrite Zacharie de la Laure de la Trinité-Saint-Serge, le schéma-archevêque Antony (Abachidze) de la Laure des Grottes de Kiev (la Laure de Kiev-Petchersk), le saint starets de Moscou Alexei Mechev, l’archimandrite Séraphin (Tyapochkin) et l’archimandrite Jean (Krestyankin). Ils ont tous partagé le sort des confesseurs et ont été récompensés par Dieu de dons spirituels. Leur clairvoyance ‒ la capacité de prédire les événements futurs et la connaissance du passé et des actes des gens ‒, le don de guérison et d’exorcisme attirait des croyants de partout.

Nikolai Guryanov

Les années de formation de Nikolaï Guryanov se sont déroulées pendant la période soviétique et, à un moment donné, il a été confronté à un choix entre la foi et une relative tranquillité que le système d’état de Staline promettait à ceux qui étaient prêts à suivre les normes établies. En 1929, l’étudiant Guryanov a été expulsé de sa première année pour s’être prononcé contre la fermeture d’une église. En 1930, il a été arrêté, emprisonné et ensuite exilé dans une colonie de Syktyvkar. Les conditions de détention des prisonniers étaient inhumaines. Nikolaї était parmi ceux qui ont posé les rails du chemin de fer. Des années plus tard, le prêtre se souvenait d’une nuit où il a dû rester de longues heures dans de l’eau et de la glace avec d’autres prisonniers. Cette nuit de souffrance lui a paru interminable. La prière seule l’a soutenu. Au matin, les gardes ont découvert qu’il était le seul à avoir survécu.

En raison d’une maladie de jambes acquise en détention, Nikolaï n’a pas été mobilisé pendant la guerre. Après sa libération du camp, il a enseigné dans des écoles. Le 15 février 1942, la fête de la Présentation du Seigneur au Temple, Nikolaï Guryanov a été ordonné prêtre. Il a d’abord servi dans des églises et des monastères des républiques baltes et, en 1958, suite à la révélation d’un starets, il a demandé à être envoyé sur l’île isolée de Talabsk (mieux connue sous le nom de Zalit). Le père Nikolaï y a passé quarante ans de sa vie et de son ministère pastoral.

Les premiers fruits du ministère

Le père Nikolaï est arrivé sur l’île en tant que prêtre inconnu, éveillant les soupçons de la population non croyante, mais au cours du temps, il a gagné le respect sincère et profond des pêcheurs. Il s’est installé avec sa mère dans la plus petite maison à la périphérie du village, a renové l’église par lui-même; il célébrait des offices seul, faisait des prosphores et, en son temps libre, sans attendre une demande, il aidait ceux qui avaient besoin de soutien. Les familles de pêcheurs restaient sans leurs chefs pendant de longues périodes. Le prêtre, doux et généreux, effectuait les tâches ménagères, restait avec les enfants et aidait les personnes âgées ou infirmes. Le Père Nikolaï pouvait également prendre la bouteille à un homme titubant et la casser sur place: sa parole tranquille était reçue avec obéissance par des personnes dépravées.

pretre Nikolai Guryanov

Les premières années ont été difficiles. Parfois, le découragement survenait: il officiait dans une église vide. Il a eu l’idée de partir, mais au moment de faire ses valises, il a été arrêté par un enfant qui, sentant sa tristesse, lui a soudain demandé de rester. Le prêtre a pris les mots de l’enfant comme la volonté de Dieu et un rappel de l’instruction du starets de servir là. Le père Nikolaï a donc continué à porter patiemment sa croix. Quelques décennies plus tard, Talabsk ‒ une île déserte à son arrivée ‒ s’est couvert de verdure et de jardins plantés par le père, qu’il entretenait en apportant des centaines de seaux d’eau du lac. Il dormait à peine: il officiait et travaillait le jour, et priait la nuit. Finalement, le ‟sol sec” a produit des pousses. L’attitude des pêcheurs envers le prêtre s’est révélée dans le cas suivant. Sous la pression des commissaires, une femme du village a écrit une dénonciation contre le père Nikolaï, ce qui le menaçait d’un nouvel emprisonnement ‒ les pêcheurs l’ont condamnée à l’unanimité. Dès lors, les gens ont afflué à l’église.

Dans les années 60, une nouvelle époque de persécution de l’Église, le père Nikolaï a reçu une visite de représentants des autorités locales, qui lui ont parlé très grossièrement et lui ont promis de revenir le chercher le lendemain. Le prêtre est resté à prier toute la nuit et, au matin, une terrible tempête a éclaté sur le lac, qui ne s’est pas calmée pendant trois jours. Talabsk est devenu inaccessible. Après la fin de la tempête, le père Nikolaï a été oublié des autorités.

Le pere Nikolai Guryanov foto

Les enseignements spirituels

Dans les années 1970, des gens de tout le pays ont commencé à venir voir le père Nikolaï sur l'île. Non seulement les gens d’église ‒ tout le monde ressentait la chaleur de son cœur. Il ne connaissait plus un instant de paix à cause des visiteurs, et étranger à la gloire mondaine, il regrettait seulement: ‟Ah, si vous couriez à l’église comme vous courez après moi!” Ses dons spirituels ne passaient pas inaperçus: il appelait les étrangers par leur prénom, dévoilait les péchés oubliés, avertissait des dangers possibles, aidait à changer la vie selon les principes chrétiens, priait pour les personnes gravement malades. Dans les années 90, l’archimandrite Ioann (Krestyankin), le starets de Pechersk connu dans tout le pays, a dit du père Nikolaï que celui-ci était ‟un starets vraiment clairvoyant”. Il connaissait la volonté de Dieu sur l’homme et guidait les gens par le chemin menant au salut. Le père Nikolaï Guryanov ne tenait pas à plaire aux gens, parfois il en renvoyait certains en disant: ‟Pourquoi êtes-vous venus ici?” Selon le prêtre, ce qui est important c’est de surveiller ses pensées et ses actions pour voir si l’on agit en accord avec la foi. Lorsqu’on lui a demandé comment vivre, il a répondu: ‟Vivez comme si vous alliez mourir demain”.

Les simples instructions du starets de travailler et de se méfier de l’oisiveté, d’éviter la dépendance à l’alcool, de s’aimer les uns les autres et d’être le serviteur de tous, ont atteint même les cœurs endurcis. Nous pouvons entendre le père Nikolaï dans les enregistrements de prières et d’acathistes que le prêtre a chanté de sa voix faible; les souvenirs de ses enfants spirituels et ses photographies nous rappellent aujourd’hui ce prêtre remarquable qui a porté la croix de son ministère jusqu’à la fin. Gravement malade, il a refusé de quitter l’île de Zalit et de se retirer dans un monastère pour le bien des personnes qui venaient le voir. Un de ses enseignements les plus célèbres est peut-être le suivant: ‟Un homme de foi doit traiter tout ce qui l’entoure avec amour. Avec amour!"

Par Maria Degtyareva

Source: https://www.pravmir.ru/starec-nikolaj-guryanov-pomogi-mne-bozhe-krest-svoj-donesti-video/

Articles associés
Comment