Le métropolite Philarète (Drozdov) – père contemporain de l’Église

2 décembre 2021

metropolite Philarete Drozdov

Le métropolite Philarète Drozdov a été appelé «Chrysostome de Moscou», tellement profondes et admirables étaient les prédications de ce Saint. L’un des plus grands théologiens du XIXe siècle, l’homme-époque, le savant, le traducteur, il restait tout au long de sa vie un homme juste et saint, malgré les tentations de la renommée, de l’autorité et du pouvoir.

Il a consacré la plus grande partie de son œuvre à porter la parole de Dieu à l’esprit et au cœur de chaque personne. Une situation paradoxale s’est produite dans la société russe de son temps: une nation chrétienne n’avait pas une langue commune dans laquelle pouvait être réfléchi le contenu de sa foi dans sa dimension théologique et morale, ainsi que le contenu des textes de la Sainte Écriture. C’est justement pour cela que l’œuvre de toute la vie du métropolite Philarète a été la traduction de la Bible en langue russe. Il était persuadé que le texte sacré devait être écrit en une langue vivante, compréhensible pour chacun. Selon le Saint, cela ferait élaborer dans la suite une «langue chrétienne» commune pour toute la nation.

Il accordait une attention particulière au travail avec les gens instruits en les aidant à surmonter des erreurs répandues. Il fallait pour cela avoir une très vaste érudition et une brillante éducation. Le Saint connaissait parfaitement l’allemand, le français, le grec, le latin. Il était un des connaisseurs peu nombreux de l’hébreu en Russie de ce temps-là. Saint Philarète est resté dans la mémoire de ses contemporains comme un excellent enseignant. Pendant seulement le temps de son enseignement à l’académie de Saint-Pétersbourg, il a réussi à préparer ses propres conférences sur le cours complet de sciences théologiques, à savoir la théologie dogmatique, la patrologie, l’homilétique, le droit canonique etc.

En plus, dans le cercle des contacts du Saint il y avait des gens connus de l’époque. Il avait une correspondance avec Aleksandr Pouchkine, Nikolaï Gogol, Vassili Joukovski, Fiodor Tutchev. Les ambassadeurs étrangers, se trouvant à Moscou, croyaient de leur devoir de se présenter au Saint personnellement, bien que cela ne fît pas partie du cérémonial diplomatique officiel.

Le métropolite Philarète a écrit une des premières interprétations en Russie des livres bibliques. «Notes qui dirigent vers la compréhension profonde du livre de la Genèse et qui contiennent la traduction en russe de ce livre» est le titre de son œuvre qui a été publiée en 1816. C’était non seulement une des premières expériences d’interprétation d’un texte biblique en Russie. Le livre du métropolite Philarète est devenu un manuel en quelque sorte, un repère pour une traduction ultérieure et les commentaires des autres livres de la Sainte Écriture.

Le Saint comprenait bien que le salut est obtenu non seulement par le savoir, mais aussi par la vie dans la foi. Il voyait l’exemple de cette vie dans son contemporain, Saint Séraphim de Sarov. Saint Séraphim est devenu père spirituel pour le métropolite Philarète. Au début des années 1840, il a contribué personnellement à la publication des témoignages sur la vie et l’exploit de Saint Séraphim de Sarov, ce qui a été une contribution à sa canonisation au début du XXe siècle.

De nos jours, tout croyant de l’Église orthodoxe russe connaît son Catéchisme. La Bible que nous lisons est traduite en russe grâce à son talent, son intellect, sa volonté inflexible. Ayant approché la doctrine orthodoxe de la comprehension de ses contemporains, sans l’avoir aucunement simplifiée ni déformée, il est devenu pour l’Église de notre temps le même qu’ont été pour l’Église des premiers 

Vues: 393
Ratings: 0/5
Votes: 0
Articles associés
Comment