Le pardon est notre arme contre les passions

4 mars 2022

Le pardon est notre arme contre les passions

Le dernier dimanche avant le Carême, le Dimanche du Pardon, l'Église nous rappelle l'exil d'Adam pour nous enseigner la repentance. Les conséquences de son exil ne cessent de nous horrifier: toute l'histoire de l'humanité est remplie de peines, d'injustices, de tragédies, de guerres et de catastrophes. Mais il nous est presque impossible, par un seul effort de notre esprit et de notre cœur, de ressentir toute la tragédie de l'événement qui leur a donné naissance.

Il n'est possible de comprendre cette chute de l'homme qu'à travers l'exemple de nos propres chutes. Adam a chuté une fois, mais chacun d'entre nous chute quotidiennement. Même une personne qui est dans l'Église depuis son enfance et qui a gardé la foi, même cette personne-ci voit sa faiblesse. Les passions vivent dans nos âmes, c’est ce que l'Église appelle le péché originel, la corruption de l'âme et de la chair.

Il est impossible de se débarrasser de ces passions, de les vaincre complètement. Nous pouvons seulement les ligoter, les emprisonner, y mettre un geôlier pour nous assurer qu'ils ne s'échappent pas et ne fassent pas de mal. Ce geôlier, c'est nous-mêmes, notre désir de vivre une vie spirituelle, par la grâce de Dieu. La passion nous séduit avec la fausse douceur du péché, nous donne l'espoir d'une vie meilleure, promet le confort, la satisfaction de nos besoins. La grâce nous donne la force d'agir, de vivre la vie spirituelle, de rechercher le bien, d'aimer notre prochain, de pardonner à nos ennemis. Elle unit l'homme à Dieu, le purifie, le sanctifie, élève son âme vers le monde céleste. La passion, en revanche, est une sorte d'anti-grâce du diable, car elle nous donne aussi de l'énergie et de la force pour agir. Au nom de l'amour, basé sur la luxure, que le monde déchu chante, les gens commettent des folies dont on parle dans la littérature et le cinéma. De nombreux livres nous enseignent comment devenir riche, atteindre la gloire et le succès.

Toute la vie de l'humanité est imprégnée par les passions et l'éternelle lutte contre elles. Si la victoire finale sur eux est impossible dans ce monde, que pouvons-nous faire? Dans un conte d’un peuple nord-américain, il est dit que qu’il y a deux loups qui se battent perpétuellement dans l’homme ‒ l’un est blanc et l’autre noir. Le loup blanc est la bonté, l'amour, la miséricorde et la justice. Et le loup noir est la trahison, la cruauté, la méchanceté, le mensonge. De ces deux loup, le vainqueur sera celui que l’homme nourrit lui-même. Il y a beaucoup de sens dans ce conte. Ce ne sont pas les loups qui se battent en nous, c'est Dieu et le diable. Mais nous sommes les juges dans ce combat. Nous choisissons l'un côté ou l'autre. Il ne suffit pas de nourrir le loup blanc, il faut aussi ne pas nourrir le loup de nos passions.

En entrant en Carême, nous nous rappelons que son principal objectif est notre repentir et notre correction, et que le premier pas vers cet objectif est de reconnaître notre péché et de pardonner à nos prochains. Nous apprenons à pardonner comme le Sauveur lui-même nous l'a enseigné: Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande (Mt 5 : 23-24).

Pour être pardonnés, nous devons pardonner les autres. La façon dont nous les traitons pourrait être la façon dont Dieu nous traitera. Pendant le Grand Carême, nous disons souvent la prière bien connue de saint Éphrem le Syrien: Fais-moi la grâce, à moi ton serviteur, de l'esprit de chasteté, d'humilité, de patience et de charité. Cela nous rappelle des vérités simples du Grand Carême qui est le temps de prière, d'efforts pour la vertu, la repentance et, bien sûr, le pardon du prochain.

Source: optina.ru

Vues: 248
Ratings: 0/5
Votes: 0
Articles associés
Comment