Le royaume de Dieu est au milieu de nous

11 mars 2022

Le royaume de Dieu est au milieu de nous

Aujourd'hui, l'Église nous prépare à entrer dans le Carême. Elle nous apprend à ne pas créer l’apparence des exploits pour être admirés, mais à cultiver notre homme intérieur pour recevoir la grâce de Dieu. Le Christ nous dit: quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage (Mt 6 : 12) – voilà, fais-toi beau et gai pour les autres, mais pleure tes péchés dans ton coeur.

Nous nous souvenons de l'expulsion d'Adam du paradis et nous nous demandons pardon les uns aux autres. Dire au Seigneur et au prochain "pardonne-moi" de tout cœur, cela nécessite un grand effort. En effet, notre cœur est si souvent silencieux, vide et fatigué. Pour l’ouvrir à la grâce, nous devons commencer le Carême par la réconciliation et ne garder rancune à personne, même à celui qui nous a fait du mal.

Lorsque nous regardons à l'intérieur de nous-mêmes, nous nous rendons compte: je suis malade du péché; si j'allais au ciel aujourd'hui, j'y serais très malheureux, car le péché est inséparable de ma vie et en constitue une grande partie. Je comprends aussi qu'il n'est plus possible de vivre comme je le fais aujourd'hui, cela me fait souffrir. Pouvez-vous imaginer combien de personnes ne réalisent pas du tout cela. Ils ne croient pas que l'homme est créé pour le paradis, qu'il a une âme immortelle. Ils ne comprennent pas que nous n'avons pas de foyer permanent dans ce monde et ils essaient en vain de trouver un réconfort pour eux-mêmes, un substitut à la vie éternelle et au paradis. Ils essaient de trouver le paradis sur terre, mesurant le succès par le nombre de plaisirs terrestres. C'est ainsi que les gens se détournent de leur homme intérieur, en essayant de se réjouir et de se régaler sur cette terre.

L'Évangile nous dit quel l'avenir est réservé à cette terre: le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées (Mt 24 : 29). Ce n'est pas parce que Dieu veut nous punir, mais parce que l'homme perd le sens de sa vie s'il vit sans Dieu. Un monde dans lequel on vit pour soi, où l'on construit tout pour soi, n'est plus le monde de Dieu, mais un monde sans vie.

L'Évangile nous dit aussi que le royaume de Dieu est au milieu de nous (Luc 17 : 21). Maintenant, nous allons rentrer dans notre cœur, nous y enfermer et rester seuls avec Dieu. La première semaine est particulièrement importante à cet égard. Nous allons lire le Grand canon de saint André, assister aux longs services et faire des prosternations. Tout l'esprit du service de Carême nous préparera à la repentance.

Essayons de faire quelque chose pour le Christ, pour nos proches, pour l'avenir. Nous prions que le Seigneur nous fortifie dans la foi, l'espérance et l'amour, que le Seigneur nous donne la force de nous vaincre nous-mêmes, notre orgueil, de vaincre ce monde, de vaincre le diable, parce qu'Il l'a vaincu sur la croix. C'est le point culminant de ce monde − le Golgotha − où l'humanité a été sauvé. Nous marcherons vers lui pendant 40 jours, puis sept jours de la Semaine Sainte, et ensuite nous vivrons notre résurrection des morts. Ce sera notre victoire personnelle sur la mort. Cette victoire doit être préservée.

Nous vivons sans avoir peur de personne ni de rien grâce à l'amour de Dieu. Son Royaume est au milieu de nous.

Archiprêtre André Léméchonok

Vues: 535
Ratings: 0/5
Votes: 0
Articles associés
Comment