Le Triomphe de l'Orthodoxie

15 mars 2022

Le pardon est notre arme contre les passions

Le dimanche qui termine la première semaine de Carême, nous célébrons la fête du Triomphe de l'Orthodoxie. Nous réaffirmons les vérités fondamentales de l'orthodoxie et prenons le courage dans l’appartenance à notre foi. Le Triomphe de l'Orthodoxie nous motive également à poursuivre notre chemin de Carême pour devenir l'image et la ressemblance de Dieu.

La fête a été instituée en 843 pour commémorer la défaite finale de l'hérésie de l'iconoclasme. Ses adeptes s'opposaient à la vénération des icônes, mais les implications de leurs faux enseignements allaient bien au-delà. En effet, ils niaient que Jésus-Christ se soit incarné ou ait vécu parmi les hommes, ou que notre salut et la vie éternelle soient une réalité. L'iconoclasme a représenté les prédicateurs du Christ comme trompeurs et les croyants en Lui comme trompés.

Les vrais chrétiens ont combattu l'hérésie de toutes leurs forces. Nombre d'entre eux ont enduré la persécution et la torture, versé leur sang et ont été condamné à l’exil. Le triomphe de l'orthodoxie a réaffirmé la véritable humanité de Jésus-Christ et notre vocation à être saints.

Pourtant, le Dimanche de l'Orthodoxie ne commémore pas uniquement un événement historique. C'est une fête qui a une grande importance pour notre présent et notre avenir. Les hérésies ne sont pas une chose du passé, chaque génération en connaît. Les gens ont toujours eu la tentation de subordonner la foi à leurs routines, leurs désirs et leurs ambitions, de donner à la foi un contenu humain. Le véritable triomphe de l'orthodoxie se produit donc dans nos cœurs. Il nous oblige à examiner qui nous sommes et ce que nous croyons.

Nous vivons dans un monde qui valorise la réussite individuelle et la gratification instantanée, où l'on recherche la satisfaction immédiate de ses moindres désirs. On pense que c'est la seule manière de rester fidèle à soi-même. On attribue également la même ambition aux autres. Par conséquent, les autres personnes et, par extension, le Seigneur Lui-même ne sont que des images de notre moi terrestre. Ainsi, le confort et le bonheur dans l'ici et maintenant deviennent la priorité de notre vie. Pire encore si nous pensons que leur poursuite équivaut à notre accomplissement de la volonté de Dieu.

La liturgie festive du Dimanche de l'Orthodoxie se termine par la procession des icônes. Elle nous rappelle que nous sommes les images de Dieu et non l'inverse. Nous sommes Ses icônes, et n’avons pas le droit de devenir des caricatures. Il faut donc vivre de manière à ce que les autres voient en nous une le rayonnement de l’Esprit Saint.

Pour devenir les icônes vivantes de Dieu, nous pouvons nous inspirer des nombreux saints qui nous ont précédés. Leur gloire rayonnante, leur courage face aux persécutions, leur droiture, leur amour et leur service des autres font preuve du triomphe de l'Église dans le monde entier. Ils sont notre "grande nuée de témoins" (Héb. 12:1) et nos modèles pour suivre notre Sauveur.

Par Alexandre Piskounov

Vues: 95
Ratings: 5/5
Votes: 1
Articles associés
Comment