«M’aimes-tu?»

9 décembre 2021

moniale olga velikaya

«Le monachisme est un grand mystère de Dieu»

(Saint Ignace Briantchaninov)

Il fait du vent. Les feuilles jaunes que le vent emporte, tournent dans l’air et tombent lentement sur le sol. C’est l’automne. Pourquoi une tristesse incompréhensible presse-t-elle l’âme en cette période et le dépérissement de la nature répond dans le cœur par une douleur qui serre? Comme si on a perdu quelque chose d’inexprimablement cher, de précieux et on veut le retrouver absolument. Pour retrouver l’intégrité. Pour devenir soi-même.

Je ne veux pas écrire sur la douleur. Je veux parler de la joie. Car le moine est la personne la plus heureuse dans le monde. Il lui a été donnée la bénédiction rare de connaître le Chemin. Le vrai moine est un mystère du Christ. Quand l’homme se décide à suivre ce chemin, le Seigneur cache son âme aux autres et l’ouvre un peu très rarement. Les combats spirituels du moine, sa prière, son exploit et ses souffrances, tout est couvert de silence...

Le moine. Monos. Un. Certaines choses, tout comme la mort, sont vécues dans la solitude. La docilité vient. Tout est comme il se doit. Ce consentement avec la volonté de Dieu se fait quelque part profondément à l’intérieur. Dans le cœur. Dieu donne cette vie. C’est Lui qui est son Maître. L’homme peut seulement accepter. Comme la terre qui accepte les grains et la faucille. La pluie et le soleil. Un vent doux et un ouragan déchaîné. Le droit de son âme est de dire seulement: «Je suis la servante du Seigneur; qu’il m’advienne selon Ta parole». Vient un remerciement profond sincère pour cette vie et pour tout ce qui a été en elle. Pour ce qui y est et ce qui arrivera. La compréhension et l’acceptation de beaucoup de choses. La douleur, la souffrance s’en va. Il reste la Lumière et le bruit léger des pas de l’Éternité qui approche.

L’air est raréfié dans les montagnes. Il est difficile de respirer. Mais on plane, libre des limites du temps et de l’espace. Il y a l’âme, il y a son Créateur. L’Éternité. La mort. La vie dans cette Éternité. Il nous arrive parfois, pour une seconde, de prendre de l’air vivifiant de la Jérusalem Céleste. Ceci reste dans la mémoire pour toute la vie. Il enflamme nos cœurs. Rabbouni. Maître. Il va à notre rencontre. Il cherche nos âmes. Il porte la croix la plus lourde de toutes les croix humaines. Il nous mène à travers des montées. À travers les profondeurs de l’âme et du cœur. Au moment de la tension maximale et de la douleur, Il s’ouvre avec un sourire jubilant. Cela émeut jusqu’aux larmes. On comprend alors qu’il n’y a pas d’autre choix que de Le suivre, parfois en rampant.

Se tenir devant Dieu. Ce sera au jugement dernier. Les choses terrestres vont passer, comme un songe. Il restera seulement l’âme et le Christ.

«M’aimes-tu?..»

26.10.2021

Moniale Olga (Vélikaya)

Vues: 349
Ratings: 0/5
Votes: 0
Articles associés
Comment