Réflexions sur le dimanche du paralytique

27 mai 2021

Un grand merci à la chorale "La joie" pour son chant d’aujourd'hui. Le chant était vivant, inspirant à la prière et plein d'esprit de Pâques. "La joie" est une petite chorale, mais notre force n’est pas dans le nombre, mais dans l'esprit. Lorsque l'esprit est vivant, tout le monde en profite. Sans l'esprit, des milliers de personnes peuvent se rassembler, mais en vain.

Nous n'avons peut-être pas une église pleine de monde aujourd'hui, mais ne vous inquiétez pas. Un petit nombre de personnes fait un long chemin. Même s'il ne reste qu'une poignée de croyants, nous devons nous réjouir. Nous pouvons encore dissiper les nuages qui cachent le soleil à notre vue et nous font penser qu'il n'y a pas de lumière ou qui nous font croire que nous sommes pauvres et ne sommes pas puissants. En allant ici, j'avais l'impression de n'avoir aucune énergie pour marcher. Mais il m'est venu à l'esprit que si je n'avais pas la force de marcher, Dieu me la donnerait. Tout ce dont nous avons besoin, c'est de mettre notre confiance dans le Seigneur, mais pas en nous-mêmes. La joie d'une vie pleine en Lui sera la nôtre. Rien d'autre n'aura d'importance, même pas les nuages ou les difficultés de la vie.

Mais beaucoup vivent encore par le jour présent, luttant pour leur survie. Les mendiants n’ont pas à choisir, disent-ils. Pourtant, la joie existe toujours.

Notre célébration du dimanche du paralytique est un bon rappel de cela. Voici une histoire que j'ai partagée avec vous il y a plusieurs années mais que j'aimerais vous raconter à nouveau. Je donnais la communion à une femme. Depuis les années de ses études, elle était paralysée et se trouvait dans son lit. Elle m'a dit : "Cela fait 30 ans que je suis alitée. J'étais étudiante en première année quand cela m'est arrivé. A un moment, j'ai senti que je ne pouvais plus continuer ainsi".

Elle a prié la Mère de Dieu et lui a demandé : "Quel est le but de toute cette souffrance ?" Et elle l'a entendue dire : "C'est la façon dont ce monde est fait." Elle a cru ses paroles, mais malheureusement, la plupart d'entre nous ne seraient pas prêts à faire de même.

Le monde est un grand hôpital, et nous avons tous besoin du docteur pour guérir nos âmes. Ironiquement, les personnes qui ont le plus besoin du médecin pensent qu'elles sont en parfaite santé. Mais trop souvent, nous n'écoutons pas nos médecins à cause de notre orgueil. J'aimerais que nous soyons tous conscients de la gravité de notre état, mais au lieu de cela, beaucoup d'entre nous disent : "Ces médecins ne savent rien. Je ferai à ma façon". Combien de temps encore faut-il passer dans la maladie avant de rencontrer le Seigneur, notre médecin? Personne ne le sait. Le Seigneur prend soin de nous tout le temps, mais nous ne pouvons Le rencontrer que lorsque nous sommes prêts à dire : "Seigneur, je ferai tout ce que Tu me diras, et j'irai là où Tu me dirigeras. Je vais Te suivre". Pour le dire honnêtement, nous devons renoncer à notre ancien moi, laisser tomber toutes les petits choses et plaisirs insignifiants de ce monde. Nous devons réaliser que la vraie joie vient du Seigneur, et qu'elle vaut plus que tous les plaisirs du monde. Nous devrions être prêts à les abandonner sans hésitation pour laisser nos cœurs se réjouir dans le Seigneur.

Qu'attendons-nous? Un signe, un miracle visible ? Des bulles dans l'eau ou la vision d'un ange ? Ne perdons plus notre temps, car le Christ est déjà au milieu de nous. Il est juste à côté de nous. Il veut que nos âmes soient guéries. Il connaît le bon chemin vers le Royaume des Cieux et il nous invite à l'emprunter. Il n’aimerait pas nous voir errer. Si nous choisissons de Le suivre, nos âmes seront alors guéries et nous progresserons rapidement. Cependant, il nous arrive souvent de rester sans bouger et de regarder autour de nous dans l'indécision. Nous avons pitié de nous-mêmes, nous nous plaignons de notre vie, nous nous comparons aux autres et regrettons que d’autres ont pu accomplir quelque chose, mais que ce n’était pas nous. Ne nous trompons pas plus. Grâce à la rencontre avec Dieu, nous pourrions réaliser dans notre vie tout ce dont nous avons besoin. Nous avons déjà tout pour avoir la vie éternelle!

Nous nous inquiétons à cause des "vagues" de la pandémie qui suivent une après l'autre. Nous devons plutôt avoir plus de foi. Les maladies de notre âme sont bien plus graves que celles qu'un virus pourrait provoquer.

Les personnes qui viennent de Moscou me disent à quel point ses habitants se sentent plus soulagés par l'assouplissement des restrictions liées au coronavirus, en particulier les personnes de plus de 65 ans. Ils peuvent maintenant sortir dehors, se promener, se reposer assis sur un banc au soleil. Ils peuvent aussi aller à l'église. Les gens reviennent à la vie habituelle et c'est une grande joie pour eux. Pourtant, beaucoup d'entre nous s'isolent encore, mais d'une manière différente. Ils s'isolent en n'écoutant pas les autres: leurs supérieurs au travail, leurs proches à la maison, les anciens, les saints ou les prophètes. Nous nous isolons nous-mêmes lorsque nous ne croyons pas, lorsque nous nous méfions et refusons d'écouter les autres ou encore que nous ignorons leurs conseils. Nous avons une illusion de la liberté et l'impression que nous pouvons faire tout ce que nous voulons. En fait, nous sommes liés aux mains et aux pieds parce que nous avons succombé au péché d'orgueil. Je me souviens avoir assisté au tournage d'un documentaire sur le starets Nikolaï Gurianov. Des femmes âgées y plantaient un arbre. Le starets Nikolaï est venu leur donner des conseils, mais elles ne l'ont pas écouté. "Ne vous inquiétez pas, père. Nous savons mieux que vous comment le faire", ont-elles dit.

Par orgueil, nous nous isolons aussi de Dieu. Pour rompre cet isolement, nous devons chercher la volonté de Dieu, même si elle ne coïncide pas toujours avec la nôtre. Nous devons être capables de dire "Que Ta volonté soit faite", même si cela nous fait mal que nous ne faisons pas ce que nous voulons nous-mêmes. Nous devons écouter Dieu quand Il nous dit : "Va dans une autre direction. Fais quelque chose de différent. Ne fais pas ta volonté, car elle ne te sera pas bénéfique en fin de compte". Nous devons croire que lorsque nous faisons la volonté de Dieu, nous acquérons la liberté et la paix intérieure.

Faites la volonté de Dieu, et il n'y aura plus d'accidents dans notre vie. Nous n'irons plus alors attraper par hasard le virus de quelqu'un d'autre. Un chrétien acceptera sa maladie comme une nécessité et une expérience de l'humilité. En regardant les malades et ceux qui quittent ce monde, on se demande "quelle était la volonté de Dieu pour eux ?" Il devient clair que toutes les choses qui arrivent dans notre vie sont providentielles et que pas un seul de nos cheveux ne tombera sans la volonté de Dieu.

Nous avons nos projets, mais tout est entre les mains de Dieu. Poursuivons donc notre chemin. Suivons inlassablement la voie du Christ et de Sa résurrection. Beaucoup de bonnes choses nous attendent. La plénitude de notre vie aussi bien dans ce monde que dans l'éternité se reflète dans le cycle de la célébration liturgique. Vivre selon ce cycle est un excellent moyen de ressentir la joie de la vie en Dieu, comme beaucoup d'entre nous l'ont déjà fait. Après tout cela, ce serait pure ingratitude de se plaindre que nous sommes malheureux ou que nous n'avons pas reçu notre juste récompense ou appréciation. Disons-nous donc les uns aux autres : "Le Christ est ressuscité ! Vraiment, Il est ressuscité !"

Gloire à Toi, ô Seigneur, Gloire à Toi !

Articles associés
Comment