Saint Varus d’Egypte: source d’espoir et exemple de foi

1 novembre 2021

Saint Varus d Egypte

Le 1 novembre (19 octobre), l’Église célèbre la mémoire de Saint Varus, martyr en Egypte. L’exemple de sa vie nous apprend que la foi ferme nous aide à tenir bon dans des épreuves les plus difficiles, que notre vie terrestre est un instant que nous devons passer à nous préparer à la vie éternelle et que les honneurs et les biens terrestres sont rien par rapport à notre salut dans l’éternité.

Regardant l’icône du Saint, nous y voyons un soldat en armure éclatante. Derrière lui il y a beaucoup de grandes victoires. Par son courage, sa vertu et le talent de chef d’armée, il a acquis l’amour des subordonnés, l’honneur et le respect de l’empereur de Rome. L’empereur lui-même considérait comme un honneur de le saluer dans son palais.

Pour ses nombreuses mérites, il aurait pu être digne d’une place notable parmi d’autres héros romains. Mais il était un chrétien et savait que les honneurs et la gloire terrestres n’avaient pas de valeur dans l’éternité et que tout à fait d’autres richesses étaient nécessaires pour le salut de l’âme. Au temps de persécutions contre les chrétiens, il n’a pas caché sa foi et s’est livré lui-même à d’atroces tortures. Par la force de sa foi, il les a subies jusqu’à la fin et a reçu une mort de martyre, choisissant ainsi la sainteté et non pas le panthéon des soldats de l’empire.

Se trouvant déjà dans la demeure céleste, Saint Varus n’a pas cessé de rappeler la joie éternelle et la consolation de la vie future aux personnes qui souffraient et étaient dans la tristesse. Un grand malheur est arrivé à une pieuse femme, Cléopâtre, qui avait pris la dépouille du saint martyr pour l’enterrer: son jeune fils est tombé soudainement malade et est mort. À un instant, ses espoirs se sont effondrés. Accablée de chagrin, elle a apporté le corps de son fils sur le tombeau de Saint Varus pour lui demander son aide espérant la résurrection de l’enfant.

Saint Varus d Egypte icone

Saint Varus lui a apparu en songe et a dit qu’il pouvait lui retourner son fils si la gloire qu’il avait acquise dans les guerres pour l’empire lui était plus chère que la vie éternelle bienheureuse de l’enfant dans les cieux. L’enfant lui-aussi a dit sa parole assurant sa mère qu’il ne voulait aucunement retourner dans le monde de chagrins. Restant, par la prière, en contact avec son fils, Cléopâtre a distribué ses biens aux pauvres et a consacré sa vie au service de l’église. Sept ans après, elle est morte en paix et l’a rejoint dans le Royaume des Cieux.

Saint Varus est connu pour son intercession devant Dieu pour les non-baptisés et il est beaucoup vénéré en Russie. On s’adresse à lui avec les prières pour les petits enfants, pour les personnes qui sont mortes sans avoir reçu le baptême, pour les morts-nés et les nouveau-nés morts lors de l’accouchement. Nous lisons souvent à notre monastère le canon à Saint Varus, lors duquel les sœurs priènt pour les gens de l’autre foi et les non-baptisés. Nous croyons que dans chaque personne vit l’image de Dieu et que chacun a une prédestination, celle de devenir Sa ressemblance.

En prononçant à la liturgie le symbole de foi, nous disons que nous attendons la résurrection des morts et la vie du siècle à venir. Cette attente nous donne les forces de supporter des pertes et d’endurer des épreuves difficiles. Mais qu’il est difficile parfois à l’homme contemporain, à notre époque de l’intelligence et du rationnel, de l’accepter avec son cœur et son âme!

Tout comme la pieuse Cléopâtre, nous nous adressons à Saint Varus pour son aide et intercession et lui demandons de fortifier notre foi. Saint Varus, prie Dieu pour nous!

Articles associés
Comment