S’élever au-dessus du quotidien, venir au festin de Dieu

31 décembre 2021

selever au dessus du quotidien

Dans la lecture de l’Évangile de ce jour, nous avons entendu la parabole d’un maître qui a invité ses proches et ses amis à un festin. Le jour du festin, les invités ont commencé à s’excuser: «Je ne peux pas venir. Je t’en prie, tiens-moi pour excusé». L’un d’eux a dit qu’il a acheté un champ et qu’il devait aller le voir. Un autre a dit qu’il a acheté des boeufs et qu’il voulait les essayer. Encore un autre a dit qu’il venait de se marier et l’amour terrestre lui a été plus important que l’amour du maître. A la fin de la parabole, le Seigneur nous dit: «Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus».

Aujourd’hui aussi le Seigneur ne cesse de nous appeler à Son festin. Et, de même, Il entend de nous les mêmes paroles: Excuse-moi, j’ai autant d’affaires. Excuse-moi, je n’ai pas le temps. Je suis fatigué. J’ai des problèmes. Merci, je vais attendre encore. Chacun est passionné pour quelque chose d’intéressant, tout le monde a de grands projets.

Et voici que nous sommes à la fin de l’an 2021. Pensez seulement: combien d’années a ce monde! Son état est cependant tel qu’il nous est devenu encore plus difficile d’accepter l’invitation du Seigneur. Le monde se remplit de peur. L’homme a peur, il est accablé, il ne sait pas ce qui arrivera et on lui fait peur encore plus. Nous entendons constamment: autant de personnes sont mortes, autant de personnes sont tombées malades. Des appels de tous côtés: «Ne pas aller là! C’est dangereux! Cachez-vous!» Dans de nombreux pays on abolit le Noël, les fêtes qui même un peu encouragent l’homme, qui lui donnent un espoir.

Le Seigneur ne cesse de nous appeler. Il nous appelle à la vie nouvelle, à la vie éternelle qui soit commencera ici, sur la terre, soit ne commencera jamais. Pour répondre à Son appel, nous devons devenir un peu cosmonautes pour nous détacher du quotidien. On en chante dans une chanson: «Où sont tes ailes? Où les as-tu perdues? Dans quelles agitations et mésaventures?». «Déposons tout souci de cette vie», entendons-nous les paroles du chant connu.

La rencontre avec Dieu ce n’est pas un épisode quand il devient plus clair dans notre âme et que nous pouvons un peu déployer nos ailes. La rencontre avec Dieu c’est toute notre vie: dans la lutte sans cesse contre notre égoïsme et la tristesse, dans l’accomplissement de la volonté de Dieu malgré nos désirs momentanés, dans l’opposition à notre vieil homme. Nous avons besoin de cette pratique de la vie spirituelle afin de trouver le salut. Mais elle ne viendra pas toute seule, il faut l’acquérir.

Nous pouvons commencer aujourd’hui déjà. Notre la plus grande affaire est le service de Dieu, notre prière commune. Nous nous sommes élevés aujourd’hui au-dessus du monde. Ayant reçu Dieu et la vie éternelle, nous avons même été, pour un moment, dans le Royaume des Cieux. Il est important maintenant de ne pas perdre la hauteur: de garder du péché nos cœurs et nos esprits. Nous pouvons tout avec Dieu. De nous-mêmes, nous ne nous sauvons pas, mais c’est le Christ qui nous sauve. Sachez, peuples, et soyez épouvantés, car Dieu est avec nous (Isaïe 8:8-9).

Je vous félicite tous en ces derniers jours de l’année qui s’en va et je vous souhaite les forces de vivre sans pertes ces derniers jours de l’année et commencer la nouvelle année avec le remerciement pour tout. Je vous souhaite voir le bien dans vos proches parce que cela nous fait meilleurs nous-mêmes. En rencontrant un mensonge et même une bassesse, je vous souhaite trouver les forces de le pardonner. Je vous souhaite lutter et tenir bon, malgré la difficulté et la peur que cela peut faire. Parce que nous avons devant nous une très grande joie, la vie éternelle dans laquelle il n’y aura rien de mauvais.

Gloire à Toi, ô Dieu!

Archiprêtre André Léméchonok

Vues: 193
Ratings: 0/5
Votes: 0
Articles associés
Comment