Vaincre l’isolement et rencontrer Dieu

15 septembre 2021

Vaincre l'isolement et rencontrer Dieu

Si on nous fermait à clé, si on nous donnait un chapelet et si on nous donnait quelques prosphores par jour par une petite fenêtre, qu’est-ce qui en résultera? Peut-être que des gens saints? Mais personne ne nous ferme. Nous nous fermons nous-mêmes.

Nous allons célébrer un molében pour la sauvegarde de la création Divine. Parce que par son égoïsme, par ses besoins excessifs l’homme détruit sa maison, l’environnement et, bien sûr, son âme. Nous voyons des incendies, des inondations, des tempêtes dans des endroits différents. Tout le monde dit: «Le Ministère des situations d’urgence a réussi, des avions ont été envoyés, les incendies ont été éteints». Dans le molében nous parlons du repentir, du changement de notre vie et du retour vers Dieu. Cependant dans un pays chrétien on ne peut rien entendre à la télévision sur le repentir. On nous rencontrera beaucoup de détails mais l’essentiel restera de côté.

Au début de l’année scolaire il est grand temps de prier pour les écoliers et les étudiants. Ils ont beaucoup besoin d’appui. Le monde dit déjà: «On peut apprendre sans un enseignant. L’ordinateur suffira». Que vont-ils apprendre les enfants qui ne verront pas leur professeur, ne vont pas le respecter, l’aimer, lui faire confiance? Cela fait peur.

Pour pouvoir accepter l’amour sans bornes de Dieu, il est nécessaire de se résigner, mais nous nous renfermons dans notre orgueil et nous souffrons. Nous avons peur de nous confier à Dieu parce que nous ne Le connaissons pas: nous n’avons pas eu encore la rencontre avec Lui. Il est très important que la rencontre avec Dieu ait lieu pour chacun de nous. Après cette rencontre l’homme voit le monde et la vie autrement: il ne la divise plus, ne la place pas dans les cases de sa compréhension. Elle est sans bornes et sans fin. Nous nous préparons maintenant déjà à l’éternité et ayant laissé Dieu entrer dans notre vie, nous vivons déjà dans deux dimensions: «rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu» (cf: Mat 22:21). Et ce «ce qui est à Dieu» est la vie éternelle.

Il n’y a pas de loi sur les chrétiens. Nous ne devons pourtant pas enfreindre les lois. Personne ne nous limite, mais nous devons nous limiter nous-mêmes. Soyons attentifs à ce comment nous vivons et à ce que nous faisons. Allons voir le sens de chaque jour vécu et de toute notre vie et remercions Dieu!

Archiprêtre André Léméchonok

Articles associés
Comment