"Je n'ai jamais envisagé de changer de travail"

18 février 2021

La soeur de charité Irina Tsegelnikova

La sœur de la charité Irina Tsegelnikova du service des infirmières visiteuses du monastère Sainte Elisabeth nous raconte comment l'exemple de notre patronne Sainte Élisabeth avait inspiré elle-même et les autres sœurs.

Pourriez-vous nous donner un aperçu du service d'infirmière visiteuse? À qui est-il destiné et en quoi est-il différent des autres fournisseurs de services de soins à domicile?

Au Bélarus, il existe un bon nombre d’organisations qui fournissent des soins à domicile aux personnes âgées et handicapées. Cependant, même les personnes extérieures à l'Église préfèrent nous confier les soins de leurs proches. Beaucoup nous contactent sur recommandation de leurs amis et connaissances. Notre travail est ancré dans notre foi, et cela signifie un ensemble différent de priorités. Ce n'est pas seulement un moyen de subsistance pour nous, mais un service. Nous recevons un salaire, mais notre principal motif est d'aider la souffrance.

Nous rejoignons le service pour donner notre cœur à nos clients et les gens le ressentent. Nous ne sommes pas une grande équipe. Nous sommes environ 30, sans compter les volontaires. Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de répondre à toutes les demandes. Nous nous occupons des patients alités, des personnes fragiles et des personnes âgées. Beaucoup souffrent de troubles mentaux et de démence. La plupart ne peuvent pas obtenir de soutien de leur famille parce qu'ils vivent trop loin.

En quoi consiste le travail d'une infirmière visiteuse? Quelles tâches doit-elle accomplir?

Le travail d'une infirmière visiteuse est intense et physiquement exigeant. Ils nourrissent et cuisinent pour leurs clients; ils les aident à se laver; ils les retournent pour prévenir les escarres, ou traitent les escarres s’il y en a. Ils font bien leur travail et traitent tout le monde équitablement. Ils sentent qu'ils doivent donner le meilleur à leurs clients et les aider à vivre dans la dignité. Le nom de mon client est Valentina. Si Dieu le veut, elle fêtera ses 90 ans en mai. Sa fille est décédée d'un cancer.

La soeur de charité Irina Tsegelnikova image

Je prends soin d'elle depuis plus de deux ans. J'ai complètement ajusté mon horaire quotidien à ses besoins. Nous commençons par l'hygiène. Ensuite, nous prenons le petit déjeuner. Après le petit déjeuner, nous disons les prières du matin et lisons l'Evangile. Ensuite, il est temps de préparer le déjeuner. Tous mes jours se ressemblent. Je prépare le dîner, nous disons la règle de prière, discutons des lectures spirituelles et allons au lit. Je suis occupée du matin au soir.

Comment devient-on infirmière visiteuse? Quel genre de formation une infirmière visiteuse suit-elle?

Les premières sœurs à rejoindre notre équipe se sont formées au Centre de travail caritatif de l'Église orthodoxe biélorusse. D’autres soeurs ont suivi leur formation à l’Université de médecine d’État du Bélarus. Plus tard, les nouvelles sœurs se sont formées avec les infirmières professionnelles lors de sessions pratiques. Toutes les infirmières visiteuses ont suivi des cours de psychiatrie à la maison de soins pour personnes âgées et handicapées. Nous n'arrêtons jamais d'apprendre. La plupart des sœurs font partie de l'équipe depuis le début.

Nous invitons les candidates à observer le travail d'une infirmière visiteuse. À ce moment, elles peuvent commencer à avoir des doutes. Il y a des candidates qui pensent qu'il leur suffira de réconforter leurs clients et de leur tenir la main. La réalité les choque et elles partent. Mais une personne de foi cherche Dieu et vit selon ses commandements; pour lui, l'humilité est une grande vertu. C'est peut-être le genre d'attitude que Dieu attend de nous en tant que ses serviteurs.

La soeur de charité minsk

Moi, j'ai décidé de changer ma vie et de servir Dieu. Quand j'ai fait connaissance du service d'infirmières visiteuses, j'étais le chef comptable d'une entreprise privée. J'ai quitté mon travail sans hésitation et j'ai rejoint le service. On m’a envoyé faire un stage dans un hospice. Je n'avais pas vu autant de patients en phase terminale dans ma vie. J'ai eu l’idée de ce à quoi je pouvais m'attendre en tant qu'infirmière visiteuse, mais je n'avais pas peur. Mon seul souci était d'avoir assez de compétences pour faire mon travail.

Quand une infirmière visiteuse prend en charge un nouveau patient, à quoi doit-elle s'attendre?

Elles ne devraient pas se demander: «Est-ce que je trouve mon travail facile ou difficile?» Il n’y a tout simplement pas de place pour ce genre de réflexion. Je viens à mon client avec un cœur et un esprit ouverts. Je ne m'attends pas à ce qu'ils m'apprécient ou m'acceptent immédiatement à bras ouverts. Ils ont besoin de temps et d'espace pour établir la confiance, surtout s'ils ont déjà vécu une expérience négative. Ils vous observeront et resteront vigilants. De plus, de nombreux clients n'acceptent pas qu'il y a beaucoup de choses qu'ils ne peuvent pas faire sans l'aide des autres. Nous devons faire preuve de tout notre tact et de toute notre intuition pour que nos clients ne se considèrent pas comme un fardeau. Il faut les rassurer qu'il n'y a rien de honteux à demander de l’aide. Ils ont vécu une longue vie et travaillé assez dur, et peuvent se permettre d'accepter de l'aide. Petit à petit, la confiance grandira. Mais ne vous attendez pas à ce que le client vous fasse immédiatement confiance. Vous devez la gagner.

Avez-vous pensé à changer votre travail et à faire quelque chose d’autre? Pourquoi ou pourquoi pas?

Il est possible de changer de n'importe quel travail sauf celui-ci. Les sœurs ne quittent pas leurs clients mais restent avec eux jusqu'à la fin. Nous nous attachons les uns aux autres. Vous ne pouvez pas abandonner une personne dans le besoin comme vous mettez un livre de côté après avoir perdu tout intérêt pour celui-ci. Parfois, nous devenons comme une famille l'un pour l'autre. Par exemple, j'ai appris l'histoire de la vie de ma cliente Valentina. Les personnes âgées trouvent gratifiant de partager leurs souvenirs de vie. Il est également intéressant pour nous de les écouter parler de leur vie. Je prie pour mes clients qui sont partis vers Dieu. Je visite leurs tombes, ils me manquent beaucoup.

La soeur de charite;

Le travail au service d'infirmières visiteuses nous enseigne la patience, la persévérance et l'humilité comme aucun autre. Nos clients ont besoin de nous, mais nous avons besoin d’eux, nous aussi. Nos clients sont comme un miroir. Nous y reconnaissons des traits de caractère que nous n'avons jamais soupçonnés en nous-mêmes. C’est une opportunité donnée par Dieu de découvrir nos faiblesses et de faire une certaine introspection. A la réflexion, on en vient à comprendre que cette rencontre était providentielle. Quand nous voulons vraiment servir Dieu et le prochain, Il nous aidera. Mon travail au service d'infirmière visiteuse a été ma réponse à Son appel. Je n'ai jamais envisagé de changer de travail, pas un instant.

Articles associés
Comment