Tout se déroule selon le plan de Dieu

6 janvier 2021

paysage route montagne

Nous marchons tous, pas à pas, sur notre chemin de vie et devons le suivre en faisant chacun ses efforts. Nous devons aussi veiller à ne pas prendre de mauvais virage au fur et à mesure que nous progressons, car chaque faux pas peut nous coûter très cher.

Nous voyons que les gens qui se hâtent, ne réfléchissent pas et s’agitent, se retrouvent au milieu de nulle part et doivent retrouver leur chemin, mais parfois sans succès. C’est alors que l’on mesure la pertinence des conseils donnés aux automobilistes: ne dépassez pas si vous n’êtes pas sûr. Bon conseil à utiliser dans nos vies, car aller trop vite sans réfléchir nous amènera souvent dans un fossé et nous n’aurons plus à nous dépêcher... Donc, nous devons toujours penser à ce que nous faisons.

Nous avons tous des millions de tâches en tête: tant de choses à faire, d’endroits où aller, de problèmes à résoudre et de courses à faire. En vérité, la vraie chose qui devrait nous préoccuper est de savoir comment garder Dieu dans nos cœurs et nos esprits et comment ne pas nous éloigner de Lui. Nous devons également être conscients, être honnêtes avec nous-mêmes – nous savons à quel point il peut être douloureux de se voir tel qu’on est quand on prend conscience de sa propre inutilité.

Nous devons être attentifs et alertes puisque le chemin que nous empruntons est très étroit; en effet, c’est un chemin du milieu, celui qui traverse un champ de mines. Un faux pas peut causer une chute! Voilà pourquoi nous avons besoin de la prière. C’est plus qu’une simple prière qui est dite à certains moments de la journée; nous avons besoin d’une prière qui remplit toute notre vie. Tant que nous nous souvenons que Dieu nous regarde et prions attentivement, même aussi rarement que nous le faisons, Dieu nous protégera des mauvaises paroles, des pensées inappropriées et des émotions inutiles et Il nous donnera la foi que tout se déroule selon Son plan. En effet, toute notre vie est entre les mains de Dieu. Si nous pouvons réaliser cela, nous pouvons être libérés de tout doute sur notre future ligne de conduite: est-ce qu’on m’aime ou non? dois-je me marier ou rejoindre un monastère? ou peut-être partir en voyage sur la lune?.. Toutes les pièces du puzzle de notre vie se mettront en place. Je ferai ce que Tu me commandes, mon Seigneur, avec Ta bénédiction. Avec Ta bénédiction! Quelles belles paroles! Mais ces mêmes mots peuvent être dits avec des attitudes totalement différentes. Par exemple: "Que Dieu me bénisse dans ce projet parce que c’est ce que je veux faire!" Ou: "Que Dieu me bénisse pour aller à cet endroit..." Mais Dieu ne vous y poussait pas, vous ne suiviez pas Son appel, mais votre volonté.

Lorsque l’homme vient à la foi, il a le sentiment de ne pas mériter pleinement ce dont il possède. Il en est reconnaissant et apprécie le don des bonnes compagnies que le Seigneur lui a accordé. On pourrait aussi envisager les choses sous un angle différent: «Il pourrait y avoir un meilleur endroit où vivre et une situation plus confortable». En Dieu, on apprend à être reconnaissant d’avoir la chance de travailler, au lieu de dire: «Les gens sont beaucoup plus payés là-bas et travaillent dans de bien meilleures conditions. Peut-être devrais-je tenter ma chance là-bas, au lieu de rester ici?» Mon point de vue est qu’il est très important d’apprécier ce que vous avez, de donner de la valeur et d’être prêt à le conserver.

De manière générale, il est temps de revoir nos attitudes à l’égard de toute notre vie, et non d’un épisode isolé de celle-ci. Depuis la garde du matin jusqu’à la nuit qu’Israël espère dans le Seigneur (cf. Psaume 130: 6). Supposons que vous sortiez du lit un matin, que tout votre corps vous fasse mal et que vous soyez de mauvaise humeur. Mais qui s’en soucie? Souriez et dites-vous: "Ça ira mieux. Allons-y avec l’aide de Dieu." Ensuite, nous devons fournir des efforts et faire de notre mieux quoi qu’il arrive. Vous serez surpris de voir comment cela peut changer votre journée et comment Dieu pourra vous aider. J’ai démonté ma scie à chaîne l’autre jour, puis j’ai commencé à y réfléchir. "Pourquoi ai-je fait ça? Je ne pourrai jamais la remonter, mais je dois le faire." J’ai essayé d’une manière, puis d’une autre, et enfin j’ai pensé: "Je dois me résigner." Je suis retourné à la tronçonneuse avec beaucoup de diligence et d’humilité, j’ai détaché une partie et en ai remplacé une autre et tout à coup, la scie fonctionnait à nouveau. Je vois cet incident comme un défi personnel et un test. Même dans de petites choses comme celle-ci, Dieu nous met à l’épreuve pour voir comment nous nous comportons: allons-nous abandonner, ou allons-nous persévérer dans la compréhension que nous ne pouvons pas le faire seuls, mais seulement avec l’aide de Dieu? En général, céder à ses émotions négatives en abandonnant une tâche n’est pas une ligne de conduite que je recommanderais. Les choses vont bien. C’est comme s’il y avait quelque chose dans les yeux qui nous empêchait de voir. Il faut simplement les nettoyer. Il en est de même pour notre esprit et notre attitude. Le simple fait de voir quelque chose d’inattendu se produire n’est pas une bonne raison de soupçonner que les choses tournent mal. Ce n’est pas la bonne façon de penser!

Après la liturgie de ce matin, j’ai parlé de Lazare, un indigent, un malheureux, et d’un homme riche et bien habillé qui vivait à côté de lui. "Combien chanceux doit être l’homme riche", pensons-nous. En vérité, les choses sont très différentes. Comme il est dit dans les Écritures, le malheureux mendiant Lazare est finalement allé au Royaume des Cieux, et l’homme riche, qui s’est régalé chaque jour et a vécu dans le luxe toute sa vie, est allé en enfer. Et quand il a vu ce même Lazare qui était couché à sa porte, il a supplié le Seigneur de laisser Lazare l’aider. Pourtant, il n’est pas possible d’aider un homme dont l’âme dans la vie terrestre était fermée à Dieu. Il avait déjà fait son choix.

Alors, ne tirons pas des conclusions hâtives de nos vies. Regardez-la de cette façon: nous ne nous sentons peut-être pas à l’aise en ce moment, physiquement ou moralement. Nous ne trouvons peut-être pas que les choses vont bien. Mais nous devons nous rappeler de prendre notre mal en patience et d’attendre. Combien de temps? Le temps de nos années peut atteindre soixante-dix ou quatre-vingt si notre force perdure (cf. Psaumes 90: 10). Il faut patienter pendant cette courte période de quelques décennies et vous récolterez votre ample récompense au Paradis. Si nous continuons à penser à cela et à la vie éternelle qui nous attend, nous pourrons nous dire: «Les choses ne sont peut-être pas bonnes pour le moment, mais je le supporterai et je ne me découragerai pas et ne perdrai aucun espoir quant à mon salut. Seigneur, aide-moi à continuer à porter ma croix». Vous comprenez? Nous prions Dieu de nous aider à porter notre croix sans nous plaindre ni désespérer. Certainement, nous atteindrons tous le Royaume des Cieux si nous adoptons ce genre d’attitude et de détermination. La joie du Royaume des Cieux est au-delà de toute imagination ou description. Nous avons tous vécu nos moments de bonheur, ne serait-ce qu’une minute ou même quelques secondes. Le Royaume des Cieux sera un bonheur éternel. Ce sera un bonheur qui sera au-delà du temps, puisque nous parlons de l’éternité. Le temps est une chose de ce monde, où une heure en chasse une autre, et le temps passe ainsi... Le Royaume des Cieux est une vie en plénitude. Pour le moment, il est impossible pour nous de comprendre ce que cela sera. Mais le Royaume des Cieux sera sûrement ouvert à ceux qui cherchent Dieu, qui ne sont pas indifférents à la vie de leurs voisins, qui ont de la compassion pour les gens qu’ils rencontrent dans leur vie, et qui font l’œuvre de Dieu.

Que Dieu nous sauve et nous protège tous et nous donne la puissance de Sa bénédiction afin que nous puissions suivre le Christ jusqu’à la fin.

Archiprêtre André Léméchonok

Articles associés
Comment