Vie de Sainte Elisabeth

13 novembre 2020

sainte elisabeth

Sainte Elisabeth

Enfance

La Grande Duchesse Elisabeth est née en 1864 en Allemagne au sein d’une famille protestante, la famille du Grand-Duc Louis IV de Hesse-Darmstadt et de la Princesse Alice, fille de la Reine Victoria d’Angleterre.

Les enfants, éduqués dans la tradition de l’ancienne Angleterre, ont vécu selon l’ordre strict que leur mère avait établi dans la famille. C’est sur la base solide des commandements chrétiens que la Princesse Alice les élevait en leur transmettant l’amour des autres, en particulier de ceux qui souffrent.

sainte elisabeth enfance

Enfance de Sainte Elisabeth

Les parents d’Elisabeth avaient distribué une grande partie de leurs biens au profit d’œuvres de bienfaisance. Les enfants accompagnaient tout le temps leur mère dans ses nombreuses visites d’hopitaux et d’orphelinats.

Tous ceux qui connaissaient Elisabeth depuis son enfance constataient sa piété et son amour du prochain. Comme le dira plus tard Elisabeth Fiodorovna elle-même, la vie et l’œuvre de Sainte Elisabeth de Thuringe, en l’honneur de qui elle portait le nom, ont eu une grande influence sur elle dès son jeune âge.

sainte elisabeth enfant

Mariage

En 1884, âgée 20 ans, Elisabeth a épousé le Grand Duc Serge Romanov, fils du Tsar russe Alexandre II.

La Grande Duchesse Elisabeth a étudié intensivement la langue russe pour connaître la culture et surtout la foi de sa nouvelle patrie. Serge Alexandrovitch était un homme très croyant, il respectait les canons religieux, observait le jeûne, venait souvent à la célébration des offices Divins et fréquentait les monastères. Son épouse le suivait partout et assistait, elle aussi, aux longs offices Divins.

En 1888, l’empereur Alexandre III a chargé Serge Alexandrovitch de le représenter à la consécration de l’église Sainte Marie-Madeleine de Gethsémani à Jérusalem. Ce dernier avait déjà visité la Terre Sainte en 1881 et y avait participé à la fondation de l’Association Orthodoxe en Palestine dont il était devenu le président.

sainte elisabeth mariage

Ainsi, en octobre 1888, le Grand Duc Serge s’est rendu avec son épouse en Palestine. L’église Sainte Marie-Madeleine avait été bâtie dans le jardin de Gethsémani au pied du mont des Oliviers. Devant cette beauté et la grâce Divine présente en ce lieu, la Grande Duchesse s’est exclamée: «Comme je voudrais être enterrée ici». Elle ne savait pas encore que sa parole était prophétique et se réaliserait plus tard.

Après sa visite en Terre Sainte, la Grande Duchesse Elisabeth Fiodorovna a pris la ferme décision d’embrasser la foi orthodoxe. Elle en a fait part à son père en janvier 1891: «Je me convertis de ma propre initiative. Je sens que cette religion est la plus haute et je m’y joins avec foi, certitude et la profonde conviction que Dieu accorde Sa bénédiction à cela».

En avril 1891, le jour du samedi de Lazare, a eu lieu le sacrement de chrismation de la Grande Duchesse Elisabeth Fiodorovna. Depuis ce moment-là, elle pouvait dire à son époux ces paroles bibliques: «Ton peuple est devenu mon peuple et ton Dieu, mon Dieu» (Rut 1:16).

La même année, l’empereur Alexandre III a nommé le Grand-Duc Serge gouverneur général de Moscou. Elisabeth Fiodorovna devait remplir beaucoup d’obligations, assister à des réceptions officielles et aller à des concerts et des bals. Après leur déménagement à Moscou, elle a traversé un temps difficile suite au décès de son père. Ce temps s’est révélé être une période de croissance spirituelle pour son âme.

sainte elisabeth avec mari

Les habitants de Moscou ont très vite ressenti la grandeur de son cœur miséricordieux. Elisabeth Fiodorovna a commencé à visiter les hôpitaux, les hospices de vieillards et les orphelinats. Elle cherchait à soulager les souffrances humaines: distribuait de la nourriture, des vêtements, de l’argent et améliorait les conditions de vie des déshérités.

Lorsque la guerre russo-japonaise a éclaté, la Grande Duchesse Elisabeth s’est occupée de l’organisation d’aide pour le front. Des contributions bénévoles venaient de tout Moscou et de la province. On envoyait au front des colis de provisions, d’équipement millitaire, de médicaments et des cadeaux pour les soldats. A Moscou, elle a organisé un hôpital pour les blessés et a fondé des comités d’aide aux veuves et orphelins de guerre.

En février 1905, un événement tragique a changé complètement le cours de la vie d’Elisabeth Fiodorovna. Son mari, le Grand Duc Serge Alexandrovitch, est assassiné par un révolutionnaire-terroriste.

Service

Après la mort de son époux, Elisabeth Fiodorovna a porté le deuil, s’est mise à beaucoup prier et à observer un jeûne strict. Sa chambre ressemblait à une cellule monastique. Depuis ce temps-là, plus rien des mondanités de la haute société ne la liait.

Elisabeth Fiodorovna a décidé de consacrer sa vie au Seigneur, de Le servir en aidant les gens et de fonder à Moscou une communauté de miséricorde. A cette fin, elle a acheté une propriété comprenant quatre maisons et un large jardin. La communauté, baptisée «Marthe et Marie», comportait deux églises, l’une dédiée aux saintes sœurs Marthe et Marie et l’autre à la Protection de la Mère de Dieu, un hôpital, une pharmacie pourvoyant gratuitement des médicaments aux pauvres, un orphelinat et une école.

sainte elisabeth moniale

En février 1909, la communauté a débuté son activité. En avril 1910, les sœurs ont pris l’habit et la Grande Duchesse Elisabeth a été nommée supérieure de la communauté. Elisabeth Fiodorovna a dit: «Je laisse le monde brillant.., mais avec vous toutes, j’entre dans un plus grand monde: le monde des pauvres et des souffrants».

Le nom de la communauté de «Marthe et Marie» symbolisait sa mission. En effet, de même que dans la maison de Lazare où Jésus venait souvent, les sœurs de la communauté étaient appelées à s’associer au destin de Marie en écoutant les paroles du Seigneur dans le silence et la prière, ainsi que, comme Marthe, à servir le prochain, les malades et les défavorisés, et à travers cela-même, à servir Dieu.

La demeure de miséricorde de «Marthe et Marie» avait une règle de vie communautaire. La vie intérieure des sœurs était dirigée par un merveilleux pasteur, le père spirituel de la communauté, l’archiprêtre Mitrophane Sérebriansky. Les sœurs apprenaient que leur mission consistait non seulement en une assistance médicale, mais aussi en l’instruction spirituelle des personnes déchues, égarées et désespérées.

La Grande Duchesse Elisabeth menait une vie ascétique. Elle dormait sur un lit de bois sans matelas et observait strictement le jeûne ne se nourrissant que d’aliments végétaux. Le matin, après la prière, elle répartissait les obédiences entre les sœurs pour la journée, travaillait à l’hôpital, recevait les visiteurs, étudiait les demandes et traitait le courrier. Le soir, elle faisait le tour de l’hôpital jusqu’à minuit. Pendant la nuit, Mère Elisabeth restait à l’église ou à la chapelle pour prier, elle ne dormait rarement plus que trois heures. Quand Elisabeth Fiodorovna venait à l’hôpital, elle assumait une grande responsabilité: elle assistait aux opérations, faisait les pansements, trouvait des paroles de consolation et cherchait à soulager les souffrances des malades.

sainte elisabeth hopital

On organisait des cours où les sœurs acquéraient des connaissances médicales. Leur tâche principale était de rendre visite aux malades, aux démunis, aux enfants orphelins et de leur apporter une assistance médicale, matérielle et morale.

Un des lieux les plus pauvres auquel la Grande Duchesse accordait une attention particulière, était le marché de Khitrov. Accompagnée de la sœur Barbara Yakovléva, Elisabeth Fiodorovna se rendait dans les bas quartiers de Moscou, allant d’un endroit à l’autre en quête d’enfants orphelins ou pour demander aux parents de lui confier leurs enfants pour l’éducation.

La grande préoccupation de Mère Elisabeth était de sauver les enfants du quartier de Khitrov. Elle n’avait pas peur d’entendre des gros mots, de voir des saletés, et de croiser des gens ayant perdu toute apparence humaine. «La ressemblance Divine peut être parfois obscurcie mais elle ne peut jamais être anéantie», disait-elle.

Elisabeth Fiodorovna a organisé des orphelinats pour les enfants abandonnés, des asiles pour les personnes handicapées et gravement malades, et trouvait le temps pour leur rendre visite et leur apporter une aide matérielle et des cadeaux.

La Mère Elisabeth espérait que la Demeure de miséricorde «Marthe et Marie» qu’elle avait fondée allait, comme un grand arbre, s’épanouir et porter du fruit. Elle pensait, avec le temps, organiser des communautés similaires dans d’autres villes de Russie.

Pendant les années de la première guerre mondiale, la Grande Duchesse a eu encore plus de travail: il fallait soigner les blessés dans les hôpitaux. Une partie de sœurs était occupée par le travail dans les hôpitaux de campagne.

Martyre

Le renoncement au trône de l’empereur Nicolas II a été un grand choc pour Elisabeth Fiodorovna. Elle voyait dans quel abîme s’acheminait la Russie et pleurait amèrement sur le peuple russe et sur la famille impériale qu’elle aimait beaucoup.

Dans les lettres qu’elle écrivait en ce temps-là, on peut y lire les paroles suivantes: «J’éprouve une pitié profonde pour la Russie et pour ses enfants qui ne savent pas ce qu’ils font. N’aimons-nous pas cent fois plus un enfant lorsqu’il est malade que lorsqu’il est en bonne santé? Nous voudrions l’aider à supporter sa souffrance. La Sainte Russie ne peut pas mourir. Mais il n’y a plus de grande Russie. Nous devons orienter nos pensées vers le Royaume de Dieu et dire avec soumission:Que Ta volonté soit faite.

En avril 1918, le troisième jour après la Pâques, le Mardi du Renouveau, les bolchéviks sont venus arrêter Elisabeth Fiodorovna. Les sœurs Barbara et Catherine ont suivi la Grande Duchesse. En mai, elles ont été transférées dans une ville de Sibérie, Alapaïevsk. C’est là également qu’ont été transférés le grand Prince Serge et son secrétaire Fiodor Réméz, les princes Jean, Constantin et Igor et le prince Vladimir Paleï. Les sœurs qui accompagnaient Elisabeth Fiodorovna ont été libérées, mais sœur Barbara a obtenu la permission de rester auprès de la Grande Duchesse.

sainte elisabeth icone

Dans la nuit du 5 (18) juillet 1918, la Grande Duchesse Elisabeth et sœur Barbara ainsi que d’autres membres de la famille impériale ont été jetés dans une ancienne mine abandonnée à quelque distance d’Alapaïevsk. Au moment où les bourreaux ont précipité Mère Elisabeth dans le puits noir, elle a prononcé la prière: «Seigneur, pardonne-leur: ils ne savent ce qu’ils font» (Lc 23:34). Ensuite, ceux-ci se sont mis à y jeter des grenades. Un des paysans qui était témoin du meurtre a entendu le chant de l’hymne des chérubins qui sortait de dessous terre. C’étaient les nouveaux Martyrs russes qui le chantaient avant de partir dans l’éternité. La Grande Duchesse Elisabeth est tombée sur un rebord qui se trouvait à 15 mètres de profondeur. A côté d’elle le corps du prince Jean a été retrouvé avec un pansement sur la tête. Toute blessée qu’elle était, Elisabeth Fiodorovna était en train, là encore, de soulager les souffrances de son prochain.

En 1920, les restes de la fondatrice de la communauté «Marthe et Marie» et ceux de la sœur Barbara ont été transférés à Jérusalem et placés dans l’église Sainte Marie-Madeleine de Gethsémani bâtie au pied du mont des Oliviers.

La commémoration de la Sainte et vénérable martyre, la Grande Duchesse Elisabeth et de sœur Barbara a lieu le 5 (18) juillet ainsi que le jour du Synaxe de tous les nouveaux martyrs et confesseurs de l’Église russe.

Articles associés
Comment