La gravure de l'âme

20 avril 2021

gravure laser sur bois

Dans l'atelier de gravure laser on fabrique des produits tels que les icônes, les articles en cuir. Il y a quelques années, on a commencé la production de jouets et de jeux de construction. L’atelier dispose de plusieurs étages de production avec des machines et des équipements modernes.

La plupart des travailleurs sont les résidents du centre d’hébergement du monastère - les personnes aux prises avec des dépendances, les ex-détenus. Certains ont un casier judiciaire. Ils perçoivent leur obédience comme une opportunité d'apprendre à faire fonctionner des équipements modernes et d'acquérir des aptitudes et des compétences précieuses, telles que la discipline, la précision et la responsabilité.

machine a gravure laser

Le responsable de l’équipe de travailleurs est Vladimir, le directeur de l’atelier. Il explore de nouvelles idées de produits et les communique et les présente aux designers. Il vérifie également si les frères ont toutes les fournitures et le matériel nécessaires, veille à leur bien-être et passe du temps avec eux dans des conversations constructives.

Vladimir raconte:

L'atelier a plus de douze ans. Comment cela a-t-il commencé? Je travaillais au monastère en tant que chauffeur. J'ai remarqué un grand nombre de cadres en bois cassés et de boîtes à icônes fissurées, empilées dans l'espoir que quelqu'un finirait par s'en occuper. J'ai donc suggéré au père André Léméchonok de restaurer et de réutiliser ces produits. Il nous a donné une chambre et a chargé plusieurs frères du centre d’accueil de m'aider. Nous nous sommes mis au travail. Je ne savais pas alors si mon idée réussirait. J'ai donc combiné mon travail à l'atelier avec la conduite.

atelier gravure laser

Lors de mes voyages en Grèce et en Serbie, j'ai remarqué que le monastère achetait de nombreux produits qu'on pouvait fabriquer nous-même, alors j'ai suggéré que nous commencions à les fabriquer dans notre atelier. Nous avons eu une salle plus grande et notre première machine laser. Cinq ans plus tard, nous avons déménagé dans un bâtiment séparé.

Le centre d’hébergement et de réinsertion sociale existe pour aider les résidents à reprendre une vie normale. Certains ont passé du temps en prison. Là, ils fabriquaient des couteaux. Ici, ils utilisent leurs compétences pour créer des icônes. Nous avons aussi une entreprise de traitement du poisson dans ce bâtiment. Nous produisons du poisson fumé que nous vendons au magasin du monastère.

dorure a la feuille or

Avant la pandémie, nous employions 64 hommes dans les deux entreprises. Aujourd'hui, l'atelier de gravure reprend vie, 24 frères travaillent ici. 21 autres travaillent dans la transformation du poisson. Tous reçoivent un salaire décent.

A la porte, on entend le grondement des machines. Un homme de haute taille en tenue de camouflage et gants de travail charge un rouleau de papier de verre dans la machine. Le nom de l'homme est Vadim, il a 50 ans:

Le souvenir des années de ma vie avant de venir ici me fait honte de moi-même. Imaginez, je vivais dans un sous-sol et je buvais tout le temps. J'étais tellement ivre que je ne pouvais pas marcher. Par Sa miséricorde Dieu m'a gardé en vie. Il voulait me ramener à mes sens et me conduire à mon salut. Je dédie tout mon travail à Dieu. Je n'arrête jamais de me rappeler que je travaille pour Lui. Dieu m'a pardonné et je ne retourne pas à mon passé. Pourtant, je demande à Dieu de ne pas me laisser oublier qui j'étais, pour que je puisse voir la différence.

centre hebergement hommes

Au début, j’ai travaillé dans la cuisine. J'ai entendu parler de l'atelier de gravure laser et des icônes. Alors j'ai prié Dieu: ‟Seigneur, j'ai beaucoup péché, et je ne mérite pas ce travail, mais je souhaite tellement faire des icônes!”. Deux mois plus tard, j'ai obtenu le poste. Ici, je vis avec Dieu. Je sens Son aide partout.

Nous apprenons à exécuter tous les processus pour le cas où quelqu'un tomberait malade et ne pourrait pas travailler. Mon travail principal est ici, mais je peux aussi faire du ponçage, du perçage et de l'assemblage de produits. Quand mon travail est terminé, je vais aider les autres.

Alexandre, 43 ans, dore les icônes. Il a devant lui une feuille avec plusieurs empreintes. Il colle les faces avec un film pour les protéger des gouttelettes de solution de dorure. Puis il laque et polit la surface, applique la solution de dorure et enlève le film protecteur. Cette technologie vient de Serbie et est utilisée ici depuis plus de cinq ans.

croix en bois

Alexandre dit:

Je n'avais jamais imaginé que je ferais des icônes. Je suis venu ici à cause de mon problème de drogue. Je suis rentré de l'armée en 1997. À l'époque, il était facile de se procurer de la drogue dans ma ville - marijuana, héroïne. Nous essayions de nous rendre heureux de la manière la plus simple - en prenant une dose de drogue. Nous avons commencé par la marijuana parce que nous pensions qu'elle était sans danger. J'étais sûr que je pouvais contrôler ma consommation de drogue et m'arrêter quand je le voulais. Je me trompais. Je prenais de la drogue pendant une dizaine d'années et je ne pouvais pas arrêter. J'ai eu une overdose et on m'a emmené aux soins intensifs. J'ai passé trois mois dans une clinique où j'ai rencontré quelqu'un du centre d’accueil. Il m’en a parlé et j'ai pensé m’y rendre. J'avais besoin de changer ma vie. Si je n'étais pas venu ici, j'aurais été mort à coup sûr. Je vis ici depuis cinq ans. Quand je serai prêt, j’irai vivre en ville et je viendrai travailler ici.

gravure laser sur bois articles

Alexey, 36 ans, fabrique des produits en cuir. Actuellement, il travaille sur une boîte à icônes pliante. Alexey dit:

Je viens de Mozhaїsk, dans la région de Moscou. J'ai suivi un cours à l'Académie de formation continue de Moscou dans les arts, la culture et le tourisme. Après cela, j'ai travaillé au théâtre à Mozhaїsk en tant que metteur en scène et acteur. J'ai passé 17 ans sur scène. Nous finissons tous ici à cause de nos péchés, le mien est une forte consommation d'alcool. J'allais à l'église, mais cela ne m'a pas arrêté. Personne n'a de police d'assurance contre cette passion. Mon dernier épisode d'alcool a duré deux ans pendant lesquels j’ai bu chaque jour. Je suis ici depuis plus de cinq ans. Avant, j’ai travaillé à la pépinière et je me suis occupé des animaux. Je suis venu à l'atelier il y a deux mois. J'ai appris le processus et je fais de mon mieux.

Le centre d’accueil est un endroit passionnant. Il se passe toujours quelque chose de nouveau ici. J'ai appris de nombreux métiers dans ma vie et j'ai acquis deux autres professions ici. Il y a aussi beaucoup de place pour l'expérimentation et la créativité. La mère Juliana (Denisova) est venue ici un jour pour faire des répétitions de chorale avec les résidents. Cela m'a intéressé. Elle mettait sur pied une équipe pour le concert de la fête de la Trinité et je me suis porté volontaire pour la rejoindre. Depuis, j'ai participé à presque tous les concerts et performances au monastère.

gravure laser sur bois articles

L'atelier maintient un horaire de travail régulier. Chaque journée commence par une prière commune. La liturgie est célébrée chaque semaine. Le père André Léméchonok vient tous les vendredis pour les confessions et une conversation.

Vladimir résume:

Le centre d’hébergement est une communauté fermée, mais il change les gens pour le mieux et les rend plus purs d'âme. Je connais plusieurs dizaines de personnes qui ont surmonté leur dépendance, créé des familles et déménagé en ville. Beaucoup d'entre eux viennent travailler ici.

jeu de construction train de noel

Alexey ajoute:

Nous ne nous traitons pas uniquement comme des frères. Nous sommes plutôt une famille unie. Je peux paraître exalté, mais je dirai quand même que j'ai trouvé ma famille ici. À propos des projets de vie, je compte sur la volonté de Dieu. Je prie pour Sa miséricorde. Je ne Lui demande rien d'autre.

Vous pouvez soutenir notre ministère en commandant un produit à l'atelier. Cliquez ici pour parcourir notre catalogue de produits.

Enregistré par Olga Demidiuk

Photos de Maxim Chernogolov

Articles associés
Comment