La Providence Divine mène au Royaume céleste

4 février 2021

paysage foret

La Providence Divine c’est le chemin de l’homme vers le Royaume des Cieux. L’homme est créé pour le service de l’Amour, pour le service angélique. Cependant, la terre a arraché l’homme au Ciel, l’a rendu lourd, l’homme semble avoir pris racine, il est triste et il cherche de la beauté et de la joie sur la terre. En s’attachant à des choses temporelles et passagères, il se creuse lui-même une tombe. La Providence Divine c’est le Seigneur Qui est venu sur la terre et Qui veut apprendre à l’homme comment il faut vivre, lui montrer le chemin à suivre afin que celui-ci puisse trouver sa patrie, retrouver la joie qu’il avait perdue après son exil du paradis. Le Seigneur attend patiemment, sans insister, sans faire de reproches, sans presser. Le Seigneur appelle l’homme à Le suivre.

La Providence Divine c’est le chemin que Dieu nous a établi à passer, c’est celui dont nous lisons dans l’Evangile: Je suis le Chemin... (Jean 14:6).

La Providence Divine c’est le Seigneur Qui appelle l’homme à la sainteté, au rétablissement de la beauté plus grande encore que celle qui fut au paradis. Là, il y avait une beauté de l’innocence, ici la beauté de la victoire sur le péché. Ayant vaincu la mort, l’homme devient immortel.

La Providence Divine est visible lorsque l’homme revient à soi. Vivant comme un enfant prodigue dans un pays lointain (cf Luc 15:13), c’est-à-dire dans le pays de ses passions et désirs, l’homme gaspille les dons que le Seigneur lui avait accordés. Ce n’est qu’en s’arrêtant que nous commençons à nous rendre compte de notre vie. C’est alors qu’a lieu la rencontre de l’âme avec Dieu, l’âme qui cherche quelque chose de vrai.

La Providence Divine est incompréhensible. Nous ignorons notre fin. Pourtant, l’homme qui a fait un pas en avant vers Dieu, ressent de la joie qu’il ne pouvait ressentir auparavant à cause du péché qui faisait souffrir son âme. Petit à petit et à tâtons, l’homme commence à se tirer des broussailles du péché où il lui semblait hier encore qu’on pouvait et qu’il fallait vivre, s’excusant que «tout le monde vit ainsi». Il essaye de cheminer dans cette vie non pas de façon irréfléchie cherchant à faire ce qu’il veut, mais il cherche Dieu qui Seul peut le faire sortir de ce sombre règne du péché. L’homme marche, trébuche, tombe, mais son âme sent que Dieu est près de lui et lorsqu’elle s’égare du chemin du Christ, elle perd la paix.

Intérieurement, l’homme cherche le Sauveur. Très souvent l’homme doit agir en dépit de ses désirs et ses projets qu’il avait bâtis par l’intelligence terrestre.

La Providence Divine est incompréhensible, mais il est nécessaire de chercher à la comprendre tout au long de la vie consciente, de la vie chrétienne. Le Seigneur ne nous ouvre pas tout au début ce qu’Il attend de nous. Néanmoins, Il nous conduit avec soin et précaution par le chemin du salut. Au moment où l’âme devient un peu plus forte, où elle se consolide dans la foi que «le Seigneur est bon» et qu’elle devient capable de suivre Dieu là où il faut souffrir, des épreuves commencent. Cela fait mal. Mais l’âme sait que le Seigneur l’aime et le Seigneur lui donnera une consolation. On peut dire que le Seigneur mène l’homme sur son petit Golgotha, sur cette croix que l’homme peut porter dans sa vie. Chaque fois qu’il semble qu’il n’y a plus de forces pour continuer le chemin, le Seigneur fortifie l’âme dans les sacrements de la Sainte Eglise et cette âme, retrouvant l’Amour, poursuit son cheminement. Le chemin de l’Amour du Christ est le chemin de refus du péché et d’acceptation de la volonté de Dieu. De lui-même l’homme n’y parviendra pas, mais Dieu conduit l’âme jusqu’à la ligne derrière laquelle est l’éternité. Nous nous préparons à cette éternité. Le Seigneur nous prépare en nous apprenant à être humbles, patients, tempérants. Le péché résiste en nous et ne veut pas mourir mais nous devons fournir des efforts. Le Seigneur veut sauver tout le monde. Malheureusement, ayant la possibilité du libre choix, l’homme peut choisir de s’éloigner de Dieu et se cacher dans l’ombre de ses passions et de son «Moi». Cette ombre le cache à Dieu et à son prochain. La confiance en Dieu ainsi que l’expérience de l’amour de Dieu aident l’âme à ne pas succomber au désespoir lorsque l’homme doit faire face à soi-même.

La Providence Divine c’est le Christ Qui nous dit: Mettez-vous à Mon école, car Je suis doux et humble de cœur (Matthieu 11:29). Nous lisons dans l’Evangile comment doivent être les hommes, dans la communion nous vivons l’état comment nous devons être pour que Dieu agisse en nous. Dans les saintes icônes nous voyons l’image de l’homme.

La Providence Divine nous conduit à la sainteté, à l’immortalité, à la victoire sur la mort, vers la vie éternelle qui sanctifie le chrétien déjà maintenant, dans ce monde.

Archiprêtre André Léméchonok

Articles associés
Comment